×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Les transporteurs de tourisme annulent leur opération escargot

Par L'Economiste | Edition N°:964 Le 23/02/2001 | Partager

• Le Syndicat a renoncé au blocage de l’axe autoroutier Casablanca-Rabat, prévu hier• Il privilégie le dialogue et la concertation avec le ministère de tutelleL’opération escargot, prévue hier jeudi 22 février par le Syndicat des Transporteurs de Tourisme (STT), n’a pas eu lieu. «Vu l’évolution de la situation et les contacts que nous avons eus avec les départements concernés, nous avons préféré ne pas tenir cette manifestation. Nous privilégions le dialogue», souligne M. Farid Guessous, président du STT. Et de poursuivre «Nous avons obtenu des promesses de la part du Ministère du Transport avec lequel nous allons tenir une réunion incessamment».Le STT comptait en effet bloquer l’axe autoroutier Casablanca-Rabat pour protester contre la position du Ministère du Transport et de la Marine Marchande. Celui-ci avait refusé de mettre en place les décisions de la Commission ad hoc du transport touristique qui avait planché pendant des mois sur les problèmes du secteur. «Il s’agit d’une commission technique. Son rôle est de faire des propositions aux départements concernés et non le contraire», indique un haut responsable du Ministère du Transport. Contredire la Charte des investissementsLe consensus n’a pas été obtenu sur tous les points examinés par la commission ad hoc. C’est le cas pour la délimitation de l’âge des véhicules. Les représentants du syndicat étaient favorables à la suppression du critère limitatif de l’âge des véhicules affectés au transport touristique. L’argument avancé par les professionnels est le caractère antiéconomique de la mesure. Aussi, les négociations avec les représentants de l’Administration ont-elles abouti à la limitation de l’âge de ces véhicules à 12 ans. «Face aux arguments de l’Administration quant à la nécessité du maintien de ce critère pour préserver la sécurité et le confort du transport, les professionnels ont demandé d’étendre la durée de vie du véhicule de 10 à 15 ans. Et finalement, il a été convenu de porter la limitation de l’âge de 10 à 12 ans», est-il indiqué auprès du Département du Transport. Reste que cette proposition ne fait pas l’unanimité. «Des opérateurs du transport touristique relevant de la Fédération Nationale des Syndicats des Transporteurs Routiers ont émis des réserves à ce sujet. Ils ont proposé de réduire l'âge de ces véhicules à 7 ans et ce, compte tenu de la spécificité de cette activité et du souci de préserver l’image de marque du produit touristique national», souligne le Département de M. Abdeslam Znined. Outre ce volet, le ministère de tutelle estime qu’il a également son mot à dire sur l’attribution de nouvelles autorisations. Le STT s’oppose à ce qu’elle soit octroyée uniquement aux transporteurs en possession de véhicules neufs. Il propose que l’exploitation de nouvelles autorisations soit attribuée à des véhicules de moins de 5 ans, ce qui ne bénéficie pas des faveurs de l’Administration. «Cette proposition risque, non seulement de compromettre la politique de renouvellement du parc affecté à ce type de transport, mais de contredire les principes fondamentaux de la Charte d’investissement», soutient le ministère de tutelle. «Elle va à l’encontre des efforts déployés pour encourager l’industrie automobile nationale», rajoute-t-il. Khadija MASMOUDI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc