×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Les agents maritimes se mettent à l'électronique

Par L'Economiste | Edition N°:1161 Le 10/12/2001 | Partager

. L'APRAM a signé une convention relative au système d'échange de données informatiséesLe commerce électronique est en train de s'imposer comme une sérieuse alternative aux formes d'échange plus classiques. L'association professionnelle des agents maritimes, consignataires de navires et courtiers d'affrètement du Maroc (APRAM) a décidé de saisir la balle au bond et de ratifier, à l'occasion d'une réunion qui s'est déroulée le mardi 4 décembre, une convention relative au système EDI (Echange de Données Informatisées).Cette signature a eu lieu en présence des partenaires de l'APRAM que sont l'ODEP, l'Administration des Douanes ainsi que l'opérateur de réseaux à valeur ajoutée qui a réalisé la plate-forme EDI, Global Network Systems (GNS).Remplaçant annoncé du support papier, «le document électronique devrait simplifier les procédures professionnelles», explique Abdelaziz Mantrach, président de l'APRAM. Et d'ajouter qu'outre les gains évidents en volume de stockage, le document électronique propose une conservation et une pérennité accrues, ainsi qu'un gain conséquent en vitesse de transmission. En fédérant le système EDI, l'association pourra éditer, déposer et valider ses manifestes électroniquement.Certains documents sont traités en format électronique, depuis quelques années déjà. Il s'agit, par exemple, des bulletins de paie, des virements interbancaires, des suivis des sinistres. Entre 11 et 14 agents maritimes pratiquent déjà l'échange de données informatisées au Maroc, mais se limitent encore à la seule opération de dépôt de manifeste.La plate-forme que Global Network System a mise en place pour le compte de l'APRAM peut intégrer diverses opérations et s'adresser à différents opérateurs (banques, ODEP, douanes, clients, fournisseurs). Les échéances futures liées à l'EDI concernent le paiement électronique sécurisé et la généralisation du système à tous les domaines. L'EDI est voué, en effet, à remplacer à terme les opérations classiques d'échange de données.Cependant, et malgré les avantages de compétitivité que ce système présente, il existe tout de même des limites à son application dans un pays comme le Maroc, qui n'a pas encore adopté de réglementation capable d'encadrer le passage du document papier à l'électronique (voir encadré). Mehdi LAABOUDI


Vide juridique

Lorsqu'un document contractuel est échangé entre deux partenaires, par exemple, sa validité est assurée par l'adjonction d'une signature électronique pour donner à cet échange une valeur probante et une garantie d'authentification. Cette signature est cryptographiée, codée et doit être certifiée par un tiers, qui doit également être responsable de la distribution des clés aux parties concernées (la clé permet de signer les documents). En bref, lorsqu'un contrat électronique est signé entre deux partenaires, une tierce personne doit éviter les contentieux en garantissant que le document signé n'a pas été altéré pendant la transmission. Cet acte de notarisation doit être réalisé par une personne ou unorganisme digne de confiance. «Dans le cas du système mis en place par le GNS, c'est la banque qui aura la tâche d'assurer la certification», explique un responsable de Global Network System. Cela devrait suffire en attendant l'adoption du projet de loi relatif aux messages de données, déposé en juin 2001. Mehdi LAABOUDI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc