×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Le bio tient la vedette dans la plus grande ferme du monde
De notre envoyée spéciale à Paris, Mouna KADIRI

Par L'Economiste | Edition N°:1721 Le 09/03/2004 | Partager

. 700.000 visiteurs, 1.300 participants. Retour à la valorisation des produits du terroir Le Salon international de l'agriculture a fermé ses portes dimanche dernier. Durant neuf jours, la 41e édition de la manifestation a accueilli quelque 700.000 visiteurs à la Porte de Versailles. Un net succès, estiment les organisateurs, qui ont beaucoup misé sur les jeunes et enfants pour faire redécouvrir le monde agricole français mais aussi de 25 autres pays auxquels était destiné tout un hall, celui des “délices du monde”. Le SIA a vu la participation de 1.300 exposants établis sur 8 halls de près de 5.000 m2. Les bêtes du terroir français étaient incontestablement les stars de ce qui passe pour être la plus grande ferme en ville: 2.300 races rivalisaient de beauté, et ce que voyaient les visiteurs suggérait l'authenticité des produits du terroir. Une suggestion confirmée par une multitude de mets: C'est le grand succès des produits bio et authentiques. Les appellations dites d'origine séduisent de plus en plus et les lycées agricoles entrent en plus grand nombre en compétition. C'est vrai qu'à ce jour, seules 6% des surfaces cultivées dans l'Hexagone sont dédiées aux produits bio. La France, première puissance agricole en Europe, se dirige probablement vers le grand retour de produits naturels. Hervé Gaymard, ministre de l'Agriculture, avait annoncé en février dernier une série de mesures en faveur du secteur bio. Ce grand retour de l'authenticité plaît aux consommateurs dont beaucoup ont affirmé leur préférence à consommer bio, bien que cela coûte un peu plus cher. La dotation consacrée à ce programme a augmenté de 12% en 2004 pour atteindre 1,1 million d'euros. C'est donc véritablement “une France qui a su valoriser ses terroirs” pour reprendre les mots du Premier ministre français, Jean-Pierre Raffarin, qui a passé 7 heures dans les allées du salon. Le visiteur pouvait découvrir au gré des stands (et il était difficile de ne pas se perdre), région par région, ce que la France recèle en richesses déjà bien connues du monde. Mais il semble qu'il y ait une reconcentration sur le marché domestique qu'on a, paraît-il, un peu oublié ces dernières années. Le Sial est un monde agricole en miniature avec la présence de toutes filières intégrées: producteurs, distributeurs, offices, mais aussi syndicats. La Confédération paysanne, la Coordination rurale n'ont pas manqué d'exprimer leur désaccord quant à l'évolution de la situation. La Coordination rurale souhaite que l'Union européenne se recentre sur son propre marché. Ce syndicat pourrait être agréablement surpris, car il semblerait que c'est la direction que prendra l'Union européenne dans le futur, à en croire les propos d'Hervé Lejeune, conseiller en agriculture et ruralité auprès de Jacques Chirac. La Confédération paysanne estime, quant à elle, qu'aujourd'hui, les paysans sont déjà bien assez menacés pour en plus faire entrer les OGM en France. C'est vrai qu'à ce jour, près de 24% des agriculteurs reçoivent 50% des aides, loin du rapport 3/80 qu'on trouve aux Etats-Unis. Mais certaines filières sont menacées par la chute des cours, ce qui explique la grogne des producteurs de lait et de porc, par exemple. Il faut aussi savoir que malgré les efforts consentis pour soutenir le monde agricole, la baisse tendancielle des revenus des agriculteurs est un phénomène réel en France et ce, malgré une hausse de la productivité. C'est l'incontournable conséquence de l'ouverture des marchés. Mais les discours politiques se veulent rassurants. La France ne laissera pas tomber ses agriculteurs.


Délices du monde sans le Maroc

Où est passé le stand du Maroc? Personne n'a pu répondre à cette question, parce que tout simplement il n'existait pas de stand du Maroc à ce grand rendez-vous mondial de l'agriculture. A moins qu'il n'ait été soigneusement caché quelque part dans l'immense hall réservé aux délices du monde où défilaient les saveurs et les produits de pays des quatre coins du monde. Italie, Espagne, Algérie, Corée du Sud, Brésil, Cameroun, Côte d'Ivoire, Inde, Sénégal, Turquie, et beaucoup d'autres pays ont profité de l'aubaine de ce carrefour de communication du monde agricole. C'est donc avec étonnement que des journalistes, des visiteurs marocains, mais aussi des responsables français ont remarqué l'absence d'un “grand pays agricole”. Les opérateurs et responsables marocains ont-ils estimé que les produits du Maroc sont suffisamment connus? Qu'ils n'ont pas besoin de ce genre de manifestation? Est-ce que la participation coûtait cher?


Pourquoi l'agriculture intéresse-t-elle tellement?

C'est la question que se posent beaucoup de personnes, surtout que sa participation dans le PIB français est très faible (moins de 1% selon un responsable), qu'actuellement les agriculteurs représentent seulement 3% (environ) de la population active, soit très peu du nombre de votes, donc peu d'influence politique. Mais le dernier sondage CSA, commandé par Groupama, nous apprend que 25% des Français ont encore un agriculteur membre de leur famille, 67% se disent plutôt proches de leur paysan bien que ce soit les gens âgés qui s'y intéressent vraiment. “Les jeunes y sont de moins en moins sensibles”. C'est ce qui explique l'attention toute particulière portée aux jeunes et aux enfants lors de ce salon. Ils ont été près de 50.000 à franchir les portes du SIA pour les “sensibiliser au lien entre l'acte de production et l'acte de consommation”, écrit le quotidien du salon.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc