×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    La Marocaine Vie: Hausse de 25% du résultat net à fin septembre

    Par L'Economiste | Edition N°:646 Le 25/11/1999 | Partager

    · La compagnie boucle les neuf premiers mois avec un résultat net de 9,25 millions de DH

    · En bourse, le titre affiche une contre-performance de 9,9% depuis le début de
    l'année


    La Marocaine Vie perpétue la tradition. La compagnie d'assurances vient de publier ses comptes arrêtés à fin septembre 1999 alors que la loi ne prévoit qu'une déclaration semestrielle.
    Au terme des neuf premiers mois de l'année, la société a affiché un résultat net en progression de 24,76% à 9,25 millions de DH.
    L'assurance-vie, cheval de bataille de l'assureur, continue de soutenir le résultat de la société. Les comptes présentés selon le plan comptable spécifique au secteur des assurances font ressortir une amélioration du résultat technique vie en progression de 8,15% à 16,57 millions de DH.
    A noter à cet égard la progression des primes de cette branche de 30,04% à 96,37 millions de DH.
    De son côté, l'assurance non-vie affiche toujours un résultat déficitaire. A fin septembre il s'est établi à -4,27 millions de DH, en progression de près de 41% par rapport à son niveau à la même période en 1998. La marge technique brute a connu une amélioration de près de 12% à 2,84 millions de DH contre 2,54 millions à fin septembre 1998. De même, le solde de réassurances s'est légèrement amélioré en passant de -1,624 million en 1998 à -1,18 million cette année. Parallèlement, les frais d'exploitation ont connu un recul de 25,43% à 5,32 millions de DH. Jusque-là, le management expliquait le déficit de cette branche par l'importance de ces deux derniers postes, à savoir le poids de la réassurance et des frais d'exploitation.

    Dans ses perspectives de croissance, La Marocaine Vie compte renforcer davantage sa position. Une stratégie confortée par l'absence du système de couvertures sociales pour les professions libérales surtout que l'assurance maladie obligatoire ne les intègre pas.
    Pour cela, la compagnie mise sur sa force de vente et sur la proximité géographique du client. Outre les délégations régionales, La Marocaine Vie prévoit l'ouverture de nouveaux bureaux de souscription dans les villes de tailles petite et moyenne.
    Opérant seule sur un marché appelé à se développer davantage, la compagnie a entamé en 1999 de sérieuses discussions avec des opérateurs aussi bien nationaux qu'étrangers sur des projets de fusion. Des projets qui n'ont apparemment pas abouti, puisqu'aucune proposition n'a été retenue.
    Autre événement marquant de l'année 1999, le renforcement de Swiss Re, le premier assureur mondial dans la branche vie, de 5% dans le tour de table de l'assureur. Sa participation (directe et indirecte) s'élève aujourd'hui à 10%.
    En bourse, et malgré tous les efforts entrepris par le management de la société, le titre est peu liquide comme toutes les petites capitalisations de la place. Le timing d'introduction a greffé le cours en bourse. A l'instar des autres sociétés cotées, son prix a été touché par la vague baissière déclenchée depuis le mois de février 1999. Sa performance depuis le début de l'année s'établissait au 22 novembre à -9,9% contre +0,46% pour l'indice général.o

    Yousra MAHFOUD

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc