×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    La BCE retire 4,5 milliards d’euros du circuit monétaire

    Par L'Economiste | Edition N°:2292 Le 07/06/2006 | Partager

    . Les banques ont besoin de 282,5 milliards d’euros . Trichet propose d’accélérer les réformes La Banque centrale européenne (BCE) a retiré, le 6 juin, 4,5 milliards d’euros du circuit monétaire de la zone euro via une opération de refinancement hebdomadaire marquée par une très légère détente sur les taux. La BCE a alloué 286 milliards d’euros au taux marginal de 2,55%, contre 2,58% la semaine précédente, et au taux moyen pondéré de 2,57% contre 2,59%. Cette opération prend le relais d’une adjudication de 290,5 milliards d’euros.Parallèlement, la Banque centrale européenne (BCE) a évalué, le 5 juin, à 282,5 milliards d’euros les besoins de liquidités des banques de la zone euro pour couvrir leurs obligations de réserves lors de la semaine à venir. Cette estimation, qui est une moyenne par jour, est destinée à aider les banques à préparer leurs soumissions pour une opération de refinancement hebdomadaire, avec un taux minimum de 2,50%.Les taux bougent peu depuis plusieurs semaines, alors que le principe d’un durcissement monétaire semblait acquis lors de la réunion du Conseil des gouverneurs jeudi à Madrid. La seule inconnue est son ampleur. La plupart des économistes tablent sur une augmentation du principal taux directeur de 25 points de base à 2,75%, mais certains n’excluent pas un geste plus agressif avec une hausse de 50 points de base.Par ailleurs, le président de la Banque centrale européenne (BCE), Jean-Claude Trichet, a une nouvelle fois appelé hier les 12 pays membres de la zone euro à accélérer les réformes structurelles afin d’augmenter la compétitivité de leurs économies. Alors que les Etats-Unis accéléraient les investissements, il a déploré que les pays de la zone euro les ralentissaient.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc