×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Un plan européen pour enrayer l’immigration clandestine

    Par L'Economiste | Edition N°:2292 Le 07/06/2006 | Partager

    . L’Espagne et Malte sont les plus touchés. Au menu, assistance technique sur place et surveillance conjointeHUIT pays européens ont adhéré au plan d’aide à l’Espagne pour tenter d’enrayer l’immigration illégale. «Cette nouvelle alliance vise à lutter contre l’immigration des Africains vers l’UE via les îles Canaries», a annoncé, lundi 5 juin, l’Agence pour la coordination des frontières extérieures de l’Union européenne (Frontex). Les huit pays qui ont répondu positivement à la demande de Frontex sont: Chypre, le Danemark, la France, l’Allemagne, la Lettonie, la Norvège, la Suède et le Royaume-Uni. Le plan opérationnel pour les îles Canaries sera parachevé la semaine prochaine en Espagne, lors d’une rencontre spéciale de toutes les parties. Frontex avait annoncé, le 2 juin, un plan en deux modules contre l’immigration illégale. Il a été élaboré après une mission de ses experts sur le terrain aux Canaries. Le premier module consistera en une assistance technique sur les îles Canaries pour identifier les immigrants et aider l’Espagne à les renvoyer chez eux. Le second module du plan est une opération de surveillance conjointe au large de l’Afrique de l’Ouest. Des patrouilles communes dans l’Atlantique, avec des navires, des hélicoptères et des avions.L’agence a débloqué une somme provisoire de 2,1 millions d’euros pour ces activités de prévention en Espagne et à Malte. L’Espagne a déjà demandé au Conseil européen qui se réunit à Bruxelles les 15 et 16 juin d’augmenter les moyens de l’Agence. Cette nouvelle démarche vise à renforcer les mesures de contrôle à la frontière de l’Union européenne. «Frontex n’est pas le seul acteur pour résoudre le problème. Nous n’avons ni notre propre flotte, ni nos propres garde-frontières», a prévenu Ilkka Laitinen, le directeur exécutif de Frontex. A la suite d’un renforcement, fin 2005, des contrôles au Maroc et sur la côte sud de l’Espagne, les émigrants se sont rabattus en masse sur les sept îles de l’archipel des Canaries dans l’Atlantique. Les conditions météorologiques favorables ont accéléré la tendance.En effet, le record pour l’archipel qui s’était établi à 9.929 arrivées illégales pour toute l’année 2002 sera pulvérisé dès la première moitié de 2006. Ils ont été près de 9.000 personnes accueillies en cinq mois. Frontex a également été approchée par Malte qui doit aussi faire face à une immigration illégale venue par mer. Des experts de l’Agence doivent se rendre sur l’île cette semaine pour déterminer quelles mesures l’agence pourrait prendre.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc