×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

L’OCDE appelle à de nouvelles baisses de taux

Par L'Economiste | Edition N°:2901 Le 13/11/2008 | Partager

. Notamment en EuropeLe secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurria, a appelé hier mercredi à de nouvelles baisses de taux d’intérêt dans les pays développés, où la croissance s’annonce presque partout «nulle ou négative» et plaidé en faveur d’allègements fiscaux «ciblés» pour soutenir l’activité.«L’inflation ralentit maintenant rapidement, grâce au recul des prix des matières premières. Alors que les attentes en matière d’inflation sont solidement ancrées et qu’un ralentissement économique substantiel devrait se développer, il reste une latitude pour de nouvelles baisses de taux», a-t-il déclaré lors d’une conférence à Bruxelles.En Europe en particulier, «les taux d’intéret peuvent encore baisser», a-t-il ajouté. La BCE a annoncé la semaine dernière une baisse d’un demi-point de son taux directeur, la deuxième en un mois, et pas exclu de devoir prochainement poursuivre sur cette voie. La Banque d’Angleterre a diminué le sien le même jour d’un point et demi. Ce mouvement n’est pas limité à l’Europe. Partout dans le monde, les banques centrales rendent le loyer de l’argent meilleur marché pour faire face au très net ralentissement économique provoqué par la crise financière, en particulier aux Etats-Unis, au Japon ou en Chine.Dans la première économie mondiale, la Réserve fédérale américaine (Fed) a baissé fin octobre son taux directeur de 0,5 point, le ramenant à son plus bas historique de 1,0%.Pour le secrétaire général de l’OCDE, «alors que les Etats-Unis et de nombreux pays européens connaissent déjà des ralentissements sévères», presque tous les pays développés dans le monde «vont connaître une croissance nulle ou négative en 2009». L’OCDE doit à ce sujet publier aujourd’hui de nouvelles prévisions conjoncturelles pour le monde développé.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc