×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    Immigration clandestine: L’Italie durcit sa législation

    Par L'Economiste | Edition N°:3025 Le 15/05/2009 | Partager

    . Le pays parmi les plus sévères en Europe. Des «Associations de citoyens» pouvant dénoncer les clandestins LES députés italiens ont adopté jeudi 14 mai sous la pression de l’extrême-droite une loi controversée sur la sécurité intérieure et l’immigration qui va placer l’Italie parmi les pays les plus sévères en Europe dans la lutte contre l’immigration clandestine. La loi crée un délit «d’immigration et de séjour» clandestins, puni d’une amende de 5 à 10.000 euros et rend possible la dénonciation à la justice de tout immigrant en situation irrégulière. Elle porte de deux à six mois la durée de rétention des immigrants dans les centres d’identification et d’accueil. En matière de sécurité intérieure, la mesure la plus emblématique, adoptée sous la pression du parti anti-immigrés de la Ligue du Nord, est la possibilité pour des «associations de citoyens» d’effectuer des rondes pour signaler aux forces de l’ordre des atteintes à l’ordre public. Ce projet de loi, qui prévoit également l’enregistrement des sans domicile fixe, devra repasser devant le Sénat prochainement, mais son approbation ne fait guère de doute car le gouvernement de Silvio Berlusconi y dispose d’une confortable majorité. La gauche et les associations de défense des immigrés ont dénoncé des mesures «liberticides» et même le «retour à la logique des lois raciales de l’époque de Mussolini». La Conférence des évêques italiens s’est émue en estimant que la nouvelle loi allait rendre plus difficile «l’objectif d’intégration» des immigrés dans la société italienne. Une partie du centre-droit a été sensible à ces appels et le «paquet sécurité» a subi ces dernières semaines un parcours mouvementé au Parlement. Mais Silvio Berlusconi, qui a besoin de la Ligue du Nord pour gouverner, a décidé de passer outre. Il a posé mercredi dernier par trois fois la question de confiance sur les articles les plus controversés pour faire avancer l’examen du texte. Désormais, le fait de louer un logement à un immigrant clandestin ou de l’héberger pourra être puni de peines allant jusqu’à trois ans de prison. Une première version encore plus dure du texte prévoyait que les médecins, directeurs d’école et facteurs soient obligés de dénoncer les immigrants clandestins, mais cette mesure très contestée a finalement été retirée. Une fois le texte adopté, les immigrants réguliers devront payer 200 euros pour obtenir la citoyenneté italienne et il faudra verser entre 80 et 200 euros pour obtenir et renouveler un titre de séjour. Toutes ces mesures ont pour but d’accélérer la comparution des immigrants en situation irrégulière devant les tribunaux pour permettre leur expulsion immédiate.J. K.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc