×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
Affaires

Holcim Maroc reconduit son business plan

Par L'Economiste | Edition N°:2882 Le 16/10/2008 | Partager

. Le plan d’investissement est maintenu . Les résultats financiers en nette progression. Le développement de la promotion immobilière bientôt dévoiléAu lendemain de la présentation des résultats à fin juin de Holcim Maroc, le 13 octobre à Casablanca, l’action prouvait encore que le cimentier marocain a bien résisté à la crise. A la clôture de la séance boursière du 14 juin, le titre Holcim Maroc ne figurait certes pas sur le podium, mais a enregistré une variation positive de 3,92% dans un volume de 20,86 millions de DH. Le cours courant s’était fixé à 2.120 DH, celui de référence à 2.040 et la fluctuation la plus haute du jour avait hissé le titre à 2.162 DH contre 2.111. La répercussion négative annoncée de la crise financière mondiale sur la croissance ne semble pas entamer le moral des troupes de Holcim Maroc. La bonne santé financière du cimentier (indicateurs financiers aux normes IFRS), étalée à coup de millions par Dominique Drouet, le PDG, en dit long. L’EBITDA ou le résultat avant impôts, dépréciation et amortissement a progressé de 66% sur les deux derniers exercices, passant de 476 millions de DH à 788 millions. En même temps, le résultat net est passé de 281 millions de DH à 382, soit une croissance de 36%. Le groupe confirme ainsi, s’il en est, la maîtrise du développement de ses activités. Parmi les faits majeurs ayant impacté les résultats du groupe à fin juin, une forte augmentation des ventes de ciment sur les marchés de Fès, Oujda et Casablanca, une augmentation des coûts de production du fait d’une augmentation du Petcoke de 35% (utilisé comme combustible). Parmi les autres faits marquants, Drouet cite également les gains de productivité réalisés avec la mise en service de l’usine de Settat en 2007 qui atteint une production annuelle de 1,8 million de tonnes pour un investissement de 2,5 milliards de DH. A noter que cette unité a permis à Holcim d’économiser sur les coûts de transport du clinker, la consommation électrique et de fuel alternatif. Il y aussi l’apport du segment béton et retour presque à la normale des ventes des granulats «grâce à un mix produit adapté et une gestion des stocks mieux orientée par rapport à la demande». Les indicateurs de sécurité ont également enregistré une amélioration. Les ventes de ciment ont augmenté de 33% en 2008 pour un volume de 1,908 million de tonnes, contre 16% une année auparavant pour 1,437 million de tonnes. En 2006, ce volume était de 1,239 million de tonnes. Le béton a progressé sur ces trois dernières années de façon significative. Les ventes sont passées de 208.000 m3 en 2007 à 280.000 m3 cette année, soit une croissance de 35%. Par contre, les granulats connaissent une évolution en dents de scie. De 443.000 tonnes en 2006, les ventes sont tombées à 196.000 tonnes. Comparée cependant à 2007 qui avait enregistré une croissance négative de 34% dans un volume de 294.000 tonnes, l’évolution à fin juin de cette année a retourné la tendance à +35%.Par ailleurs, «la surproduction» annoncée de ciment (capacité globale annuelle de 21 millions de tonnes en 2011) avec les 4 nouveaux venus sur le marché ne freine pas non plus les ardeurs de Holcim. Il a annoncé dernièrement le lancement d’un emprunt obligataire de 1,5 milliard de DH. Ce qui va contribuer au financement de l’extension de son usine à Fès dont l’investissement, estimé à 1,4 milliard de DH, pour le doublement de sa capacité (0,6 million de tonnes actuellement). La dernière note d’information de l’APC (Association des producteurs de ciment) évoque la bonne santé du secteur des BTP de manière générale. «Les investissements réalisés et ceux engagés par les cimenteries déjà installées au Maroc devront s’élever à 17 milliards de DH», entre 2002 et 2011. De sources proches de la direction de la promotion immobilière, Holcim Maroc ne devrait plus tarder à dévoiler son plan de développement dédié. Son coup d’essai de 84 logements au sein de la nouvelle ville de Tamesna serait un grand succès commercial et un exemple de construction basée sur les normes de développement durable.


Perspectives annoncées

Holcim table sur une croissance de 10% pour son activité ciment. Il lancera un nouveau ciment, Pouzzolanique, (CPZ B) dans son usine d’Oujda. Un projet de connexion au réseau ferré de son centre de broyage de Nador est également dans le pipe. L’activité BPE devrait renforcer son développement avec 3 nouvelles centrales à béton. De même pour le granulat avec le lancement d’une seconde carrière à Skhirat, l’émission d’un emprunt obligataire de 1,5 milliard de DH, la réalisation (lancée la semaine dernière) et la commercialisation de sa première opération de promotion immobilière…Bachir THIAM

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc