×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    G77: Youssoufi à La Havane pour appuyer la coopération Sud-Sud

    Par L'Economiste | Edition N°:741 Le 06/04/2000 | Partager

    . Les 130 pays du Sud qui y seront représentés veulent redéfinir la mondialisation

    C'est le Premier ministre, M. Abderrahman Youssoufi, qui représentera le Maroc au Sommet du Groupe des 77, prévu du 12 au 14 avril à La Havane. Au programme de M. Youssoufi, des entretiens avec les Chefs de gouvernement des pays participants. C'est l'occasion pour le Premier ministre de promouvoir les relations Sud-Sud, le but d'ailleurs recherché de la manifestation. En effet, M. Youssoufi joue depuis quelque temps la carte de la coopération Sud-Sud, à en juger par ses périples en Inde, en Chine, en Afrique et dernièrement en Amérique latine. Le G77 représente le meilleur carrefour pour développer encore les contacts. D'autant plus que 130 pays du Sud seront réunis en sommet avec pour principal objectif de constituer un bloc face aux puissances mondiales. Le plus gros contingent de dirigeants proviendra d'Afrique, avec une trentaine de chefs d'Etat ou de gouvernement, selon les organisateurs du sommet. Le G77 veut ainsi imposer ses conditions dans la mondialisation.
    Face à la marginalisation croissante des pays les moins développés, le Sommet devrait faire appel à l'ONU. Cette organisation se trouve dans une position unique en tant que forum universel, pour défendre leurs intérêts. Elle doit être garante de la bonne marche de la mondialisation. Les pays du G77 demandent une restauration du rôle central de l'ONU dans les questions économiques, de développement et de la coopération internationale. Ils regrettent toutefois son retrait progressif au profit notamment des institutions financières de Bretton Woods.
    Les pays du Sud attendent en particulier du prochain Sommet du Millénaire, en septembre à New York, qu'il contribue à cet objectif. Dans un rapport publié lundi, M. Kofi Annan (qui doit aussi prendre part au Sommet), a fait de la réduction de la pauvreté dans le monde une des priorités de l'ONU.

    Hicham RAIQ (AFP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc