×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    En construisant une nouvelle unité à Salé : Alcatel CIT affirme son intégration locale

    Par L'Economiste | Edition N°:71 Le 18/03/1993 | Partager

    Alcatel CIT Maroc investit dans un nouveau local. Celui-ci devrait regrouper l'ensemble des activités de télécommunications de la société, installation des centraux téléphoniques, recherche de développement en logiciels et construction de sous ensembles électroniques. Enfin, cet investissement permettra de compléter la fabrication des centraux téléphoniques 1000 E 10.

    Alcatel CIT Maroc construit actuellement un nouveau bâtiment à Salé. Ce bâtiment comprendra le siège administratif de la société, le centre de recherche et de développement et l'usine. Le gros-oeuvre est actuellement terminé. Les délais de réalisation ont été respectés. "L'ensemble technico-industriel en télécommunications", selon les termes de M. Michel Renaud, directeur général de la société, sera opérationnel en juillet. Les nouveaux locaux résolvent un problème d'exiguïté. Par exemple, le centre de développement de logiciel est actuellement partagé entre le siège d'Alcatel et une villa louée au quartier de l'Agdal à Rabat. Par ailleurs, ce siège devrait être un meilleur reflet de l'image de la société.

    L'investissement d'Alcatel CIT est réalisé à la suite d'un accord-cadre avec l'Administration des PTT sur 5 ans renouvelables, signé en janvier 1992. Selon cet accord, la société recevra au minimum 35% des commandes(1) en centraux téléphoniques de l'ONPT en contrepartie d'une intégration locale. Bell Canada a conclu un accord de même volume avec les autorités. Les 30% restants des marchés seront octroyés par voie d'appels d'offres.

    Nouvelle activité

    Le nouveau centre s'étend sur une superficie de 5.000m2 couverts dont 2.200m2 pour la partie industrielle. L'architecture du siège a été pilotée par Alcatel CIT France "du fait qu'elle s'adapte à un savoir-faire bien précis", explique M. Kamal Mouline, directeur marketing.

    "Ce centre regroupe toute la gamme d'activités en télécommunications", note pour sa part M. Renaud. La gamme d'activités déjà existante de la société sera complétée. En effet, Alcatel CIT Maroc produira dès l'inauguration de la nouvelle usine des bâtis CSN (Centre Satellite Numérique). Les CSN constituent 70% d'un central téléphonique. Au courant de 1994, Alcatel CIT fabriquerait le reste du central ou "le coeur de chaîne". Cette production devrait répondre principalement aux besoins du marché marocain.

    La fabrication des bâtis CSN constitue le deuxième maillon de la construction de sous-ensembles électroniques qui entrent dans le système intégré 1000 E10. Ces sous-ensembles sont les convertisseurs (ils traitent des lignes d'abonnés) pour les bâtis CSN. La société en produit actuellement prés de 15.000 sous-ensembles par an. Les pièces sont importées en admission temporaire, montées et réexportées vers Alcatel France. Avec le démarrage de la nouvelle activité, une partie des sous-ensembles électroniques intégreront localement les bâtis CSN.

    Alcatel CIT Maroc dispose de deux autres activités. L'ingénierie et l'installation des centraux téléphoniques publics et des liaisons de transmission sur câbles en cuivre, à fibres optiques ou sur faisceau hertzien sont réalisées pour le compte de l'ONPT.

    Développement de logiciel

    Enfin, la stratégie du groupe Alcatel est d'implanter des cellules de recherche et de développement de logiciel dans les pays clients qui ont un potentiel en informaticiens formés à cet effet. L'intérêt d'Alcatel est de résoudre les difficultés d'employer, en France, le même niveau de compétence à des coûts raisonnables.

    Pour les besoins de la nouvelle usine, le recrutement n'aura pas lieu immédiatement. Les prévisions en commutation de l'ONPT sont plutôt à la baisse(2).

    Actuellement, la société emploie 140 personnes, dont 50% d'ingénieurs. L'effectif devra être porté à 200 d'ici deux ans. Le coût du projet n'est pas révélé, mais M. Renaud note que la société, depuis sa création au mois de janvier 1989, a investi 100 millions de Dirhams.


    (1) Le plan quinquennal de l'ONPT de 1993-97 prévoit 860.000 nouvelles lignes de centraux, soit à peu près 180.000 lignes par an.

    (2) L'ONPT ralentit volontairement ses équipements en commutation pour un ou deux ans. En effet, le retard en accordement des abonnés cause à l'ONPT un manque à gagner.

    Le Centre de Développement de Logiciels

    Plus de 40 ingénieurs informaticiens marocains "de haut niveau participent à la force de recherche et de développement d'Alcatel CIT". La formation de base de ces ingénieurs est très diversifiée, des centraliens, des ingénieurs en télécommunication, des diplômés de l'Ecole Mohammédia des Ingénieurs de Rabat, des universitaires...

    Les deux tiers ont été formés à l'étranger, principalement en France, et le tiers, localement. Le Centre de Développement de Logiciel dispose actuellement de cinq ordinateurs centraux et des périphériques, reliés à un ordinateur central à Paris via une ligne spécialisée. Des développements directs sur l'ordinateur de Paris sont également possibles. Un service à Paris assure la coordination entre les différents centres de recherche installés en Pologne, Roumanie et Malaisie...

    Le groupe Alcatel décentralise sur ses pays clients l'activité en recherche en logiciel du fait qu'elle prend de plus en plus d'importance.

    En effet, les trois quarts de l'ensemble des dépenses en recherche et développement du groupe concernent le soft.

    Carte de visite

    LE capital d'Alcatel CIT a été porté au début de cette année de 11,9 à 30 millions de Dirhams en vue de financer le nouveau "centre technico-industriel". Les principaux partenaires sont Alcatel CIT France (48%) et le groupe ONA (40%). Figurent également au capital CGE Maroc (7%) et Marotelec (5%).

    La société a mis en service 31.000 lignes en 1990, 88.000 en 1991 et 90.000 en 1992. Elle a réalisé, l'année dernière, un chiffre d'affaires de 60,4 millions de Dirhams contre 34,7 l'année passée, l'augmentant ainsi de 57,4% (Les chiffres de 1992 sont cependant provisoires).

    Le chiffre d'affaires à l'exportation est de 12,8 millions de Dirhams en 1992. Le résultat après impôt a grimpé de 1,8 million de Dirhams en 1991 à 3,8 en 1992.

    Alcatel CIT est une société française, filiale d'Alcatel Alsthom. Elle est spécialisée dans les domaines des systèmes de réseaux. La société est présente dans plusieurs activités. Près de 54% du chiffre d'affaires de la société sont réalisés en commutation publique. Le produit commercialisé est Alcatel 1000 E10 qui comprend un réseau téléphonique de base, un réseau numérique à intégration de services, un réseau intelligent, un réseau de signalisation, un réseau d'exploitation et de maintenance, un réseau "large bande" et un téléphone mobile cellulaire GSM.


    Laïla TRIKI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc