×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Emploi et Carrière
    Les managers qui bougent

    Par L'Economiste | Edition N°:3318 Le 13/07/2010 | Partager

    . Un super DG chez Renault Maroc  A compter du 1er septembre 2010, Michel Faivre-Duboz prendra la direction générale de Renault au Maroc. Ses responsabilités s’étendront à l’ensemble des opérations de Renault dans le Royaume, dont notamment le projet industriel de Tanger, l’usine de montage Somaca et l’activité commerciale. Il est rattaché à Jacques Chauvet, patron de la région Euromed. Aujourd’hui, membre du Comité de direction de Renault, Faivre-Duboz est entré chez Renault en 1973 comme ingénieur synthèse carrosserie. Après avoir chapeauté plusieurs projets il occupe à partir de 1986 les postes de chef de service puis de directeur de projet avant de prendre en charge en 1999, la direction de Développement de l’Ingénierie véhicule de Renault. Michel Faivre-Duboz a par ailleurs piloté la très stratégique direction Monde de la Supply Chain du groupe.


    . Mohamed Taj, Directeur Général de HP HP vient d’annoncer la nomination de Mohamed Taj au poste de directeur général et responsable de son activité Enterprise Business pour le Maroc. Dans son cahier des charges, Taj sera responsable des activités commerciales et opérationnelles de HP Enterprise Business qui comprend l’offre serveurs, stockage, réseau, software et services pour les moyennes et grandes entreprises. «Nous sommes heureux de compter Mohamed dans notre équipe, pour diriger HP au Maroc, marché très important pour notre entreprise», a déclaré Santiago Cortes, directeur général de HP pour le Moyen-Orient, Méditerranée et Afrique. «Notre objectif est de continuer notre croissance à travers notre Entreprise Business au Maroc. L’expérience de Mohamed en tant que Manager pays, sa solide connaissance internationale, son expérience des opérations de vente et sa compréhension de l’importance des partenaires sont de précieux atouts qui l’aideront dans son nouveau rôle, et permettront à HP de réaliser une croissance rentable», a poursuivi Cortes. Avant de rejoindre HP, Taj a occupé les fonctions de président directeur général auprès de RadioShack au Maroc. Auparavant, il a occupé différentes fonctions au sein de Motorola, la plus récente responsabilité étant celle de directeur général de Motorola pour l’Afrique du Nord.

    . Les stagiaires OFPPT chez LG Clim AcademyUne convention de partenariat entre LG Electronics et l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT) a été signée le 9 juillet à Casablanca. L’accord porte sur la formation dans le domaine de la climatisation. La convention définit les modalités de collaboration entre les deux parties pour le renforcement des compétences techniques des formateurs et des stagiaires en fin de formation de l’OFPPT dans le domaine de la climatisation, à LG Clim Academy Maroc. D’une durée de 3 à 10 jours, la formation sera dispensée à titre gracieux par les experts de LG.

    . Recrutement: Le cœur financier de New York se remet à battre Des salaires qui frôlent le million de dollars annuels, des bonus astronomiques et de l’adrénaline à flots, les métiers de la finance (trader, analyste, conseiller …) suscitaient depuis peu un fort engouement chez les jeunes, qui ont vu leurs ardeurs tempérées… glacées par la crise financière internationale, relève le Figaro dans son édition du lundi 12 juillet. Toutefois, une embellie s’annonce à l’endroit même où la crise a vu le jour. En effet, Wall Street embauche à tours de bras en prévision de jours meilleurs, selon une étude publiée ce week-end par le New York Times. Depuis février on dénombre 2000 personnes nouvellement embauchées , un chiffre modeste au regard des 28 000 emplois perdus à Wall Street depuis son plus haut niveau en 2008, lorsque le secteur employait 189 000 personnes. Si le secteur a touché le fond en terme d’emplois il y a cinq mois, les embauches sont reparties depuis. Le rythme ne cesse de s’accélérer, et cette reprise est même plus solide que celle d’après la crise boursière de 2001-2003, selon le même quotidien new-yorkais.Soulignons que cette reprise ne s’étend pas ou alors dans des proportions moindres aux autres secteurs de l’économie américaine, mais elle suscite une vague d’optimisme chez les économistes qui prévoient un effet d’entraînement. Quand Wall Street va bien, l’Amérique va bien. Pour ce qui est des bonus, ils reviennent et copieusement. Malgré le passage récent de la réforme financière, Wall Street est revenue au « business as usual».
    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc