×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Douane: Des femmes aux postes frontaliers

    Par L'Economiste | Edition N°:918 Le 18/12/2000 | Partager

    . La Douane a formé le premier contingent de femmes officiers pour gérer les brigadesL'Administration de la Douane et des Impôts Indirects (ADII) féminise son corps d'inspection. Elle vient de former le premier contingent de femmes officiers. Les 11 douanières, que compte ce contingent, ont été déjà déployées dans les ports et aéroports du Royaume. Jeudi dernier, elles ont fait le déplacement au nouveau siège de l'ADII à Hay Riad pour présenter leur nouvelle expérience à la presse. En uniforme bleu ciel et chapeau rond sur la table, les jeunes officiers ont expliqué la nature de la mission qu'elles sont appelées à remplir à côté de leurs collègues hommes.L'idée du déploiement de femmes dans le corps d'inspection a germé en mars 1999. «C'était pendant la fête des femmes«, précise Mme Assia El Mansour, chef de la Division des Ressources Humaines et une des formateurs de cette promotion. Pour M. Abderrazak EL Mossadeq, DG de l'ADII, il s'agit «d'humaniser le contrôle douanier«. Un deuxième contingent de femmes est actuellement en formation.Titulaires d'une licence, les jeunes douanières avaient rejoint le centre de formation douanière à Casablanca pour acquérir les techniques de dédouanement. Pendant neuf mois, elles ont suivi des cours sur la nomenclature, les déclarations, la fiscalité, les règles d'origine et aussi l'éthique. «Même la corruption a été abordée«, souligne Mme El Mansour. Après, les stagiaires sont allés à l'Ecole Militaire des Forces Royales Air de Marrakech où elles ont été entraînées au port d'uniforme. «Nous avons passé tous les exercices… ou presque«, affirme fièrement une jeune officier. En effet, le «parcours du combattant«, qu'accomplissent normalement les élèves hommes, ne figurait pas sur la liste en raison de la rudesse de certains entraînements.Les douanières sont ensuite revenus au Centre de la Douane pour continuer leur formation. Là-bas, elles ont été sensibilisées à la mission qu'elles devaient effectuer: la gestion des brigades. En effet, les femmes officiers ne se chargeront pas d'inspecter directement les voyageurs ou les marchandises, mais elles s'occuperont de l'encadrement. Après une première expérience sur le terrain avec l'accueil des MRE, les jeunes femmes sont parties à l'Ecole de la Rochelle en France pour s'imprégner des techniques de lutte contre la fraude. Elles y sont restées un mois avant de retourner au pays. Concernant leurs relations avec leurs collègues hommes, elles affirment qu'il n'y a aucun problème. «Nous ne travaillons pas en concurrents. La Douane est un corps paramilitaire et c'est la discipline qui l'emporte«, explique, sourire au coin, une jeune officier. N. L.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc