×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Démographie à Casablanca
Santé: Tuberculose, MST… Attention!

Par L'Economiste | Edition N°:1725 Le 15/03/2004 | Partager

. Quartier des riches, Anfa compte 646 tuberculeux . La capacité hospitalière est de 3.008 litsLa santé des Casablancais est lourdement affectée par les maladies respiratoires et infectieuses. Une moyenne de 151 cas de tuberculose pour 100.000 personnes a été établie pour 2002. Qu'on le croie ou non, c'est la réalité. Cette maladie des pauvres continue de peser sur la région la plus riche du Royaume. C'est un rapport tout ce qu'il y a d'officiel, qui annonce ces chiffres. Même si en valeur ce chiffre peut paraître faible, mais comparativement à la moyenne nationale (116 cas pour 100.000 personnes), il place Casablanca parmi les villes insalubres. En effet, le nombre élevé de cas de tuberculose est dû à la densité démographique, à l'habitat insalubre et aussi à la pauvreté. Quartier des riches, Anfa compte 646 cas. Mais c'est à la préfecture d'Aïn Chock où le nombre le plus élevé a été relevé: 881 cas déclarés au total. La préfecture d'Aïn Sebaâ vient juste après avec 814 cas, suivie par celles d'El Fida avec 723 cas, Moulay Rachid (693), Ben Msick (610) et El Bernoussi (583). Les maladies sexuellement transmissibles (MST) demeurent également parmi celles qui se concentrent à Casablanca. La région enregistre 23% de l'ensemble des cas de sida au Maroc. Les autres MST représentent 25% du total national. L'insuffisance des dotations, l'afflux sur le CHU au lieu des hôpitaux préfectoraux mais aussi la vétusté des locaux rendent la situation encore plus critique, relève-t-on dans le rapport. . Un médecin pour 4.974 habitantsPar ordre d'importance, la maladie qui vient en tête est la conjonctivite allergique, suivie de la tuberculose. Près de 15.539 cas ont été enregistrés à Casablanca en 2002. Cette maladie est liée aussi à la pollution et surtout au manque d'hygiène. Le constat fait par le rapport est plus qu'alarmant. Un établissement hospitalier pour 38.168 habitants. En plus, toute la région ne dispose que de 95 établissements hospitaliers, d'un lit pour 667 patients et un médecin pour 4.974 habitants. Certes, la pression est de plus en plus grande sur ce service public. Mais depuis combien de temps n'a-t-on pas construit un nouvel hôpital à Casablanca? Actuellement, les projets d'infrastructure sanitaire se limitent à la restauration des centres déjà existants. Les quelque 3.008 lits que comptent les hôpitaux et autres établissements hospitaliers ne suffissent plus au vu du nombre d'hospitalisations. En 2002, le nombre de patients hospitalisés a été de l'ordre de 131.079 pour 635.143 journées d'hospitalisation. Les budgets alloués à la santé dans la région de Casablanca demeurent en deça des besoins des populations. Les hôpitaux ne peuvent pas compter sur leurs propres recettes vu le nombre important de patients démunis qui bénéficient d'un service gratuit. Casablanca est aussi une ville où les accidents de la circulation sont une des causes de décès et d'hospitalisation. Rien qu'en 2002, 16.934 accidents de la circulation ont été enregistrés. Ils ont causé la mort de 271 personnes et fait 14.497 blessés. L'anarchie dans la conduite et la circulation sont autant de facteurs qui font virer au rouge les indicateurs sur les accidents. Un programme de déplacement des véhicules doit en principe être établi. J. E. H.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc