×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Cultures biologiques: les normes pour exporter sur la CEE

Par L'Economiste | Edition N°:38 Le 16/07/1992 | Partager

Il ne suffit pas d'être naturel pour être biologique. En conséquence, la cueillette des plantes aromatiques sauvages qualifiée de naturelle sera remplacée par une culture en mode de production biologique contrôlée.

Un séminaire sur le Marché des épices et plantes aromatiques biologiques s'est tenu au siège du C.M.P.E. le 30 Juin 1992. L'objectif de ce séminaire animé par deux experts allemands Mme Boor et M. Blaul est d'analyser le potentiel du Maroc relatif à la Production Bio, et d'informer les entrepreneurs marocains sur le marché Bio allemand et les modes de production de ces produits.
La mission de ces experts concerne d'abord les épices, les produits aromatiques, les produits cosmétiques et les huiles essentielles. Elle s'étendra dans l'avenir à d'autres produits.
La croissance considérable de la demande européenne des produits Bio notamment de la part des "clients verts" a entraîné une reconversion de certaines parcelles à l'agriculture biologique. Cette conversion doit respecter un cahier de charges qui fixe le plan de reconversion étalé sur deux années.

Reconversion à l'agriculture biologique

La production biologique dans les pays de la C.E.E. est passée de 0,3% de la production agricole en 1980 à 1% en 1990. Les estimations pour l'an 2000 sont de 5 à 10% .
Les pays producteurs sont surtout la France et l'Italie.
Une grande partie des produits Bio provient également des Etats-Unis.
En Allemagne, l'accroissement de la demande des produits biologiques a entraîné la reconversion de certaines industries alimentaires et le développement des importations de ces produits. La mission des deux experts allemands s'inscrit alors dans le cadre du développement du marché des produits Bio surtout en ce qui concerne les plantes aromatiques et les huiles essentielles.
Au Maroc il y a peu de produits biologiques exportés. Ce sont surtout des agrumes de la région de Marrakech qui sont contrôlés par un organisme français.
L'exportation des produits Bio vers les pays de la C.E.E. sera soumise à une réglementation conforme à celle de la Communauté. En effet, depuis le 24 Juin 1991, la C.E.E. a réglementé le mode de production des produits biologiques. Tous les pays exportateurs de ces produits biologiques sont actuellement tenus de se conformer à cette réglementation. Au Maroc, le Ministère de l'Agriculture a chargé l'E.A.C.C.E.(Etablissement Autonome de Contrôle et Coordination des Exportations), de procéder au contrôle de la production Bio.
L'agriculture biologique doit se conformer à des principes de production strictes. Un cahier de charges établi par l'IFOAM(1) contient des recommandations pour le contrôle des exploitations et des systèmes de certification. Ce cahier constitue un cadre de définition internationale de cette nouvelle approche de l'agriculture. Il s'agit entre autres de travailler en accord avec des éco-systèmes naturels plutôt que de chercher à les dominer. Il s'agit aussi de tenir compte de l'impact des techniques culturales sur l'environnement et le tissu social...etc

7 principes

L'agriculture biologique doit respecter des principes de mode de production Bio. Ces principes sont au nombre de 7 selon le cahier de charges de l'IFOAM et le règlement de la C.E.E.
1- Le premier principe est la condition du milieu. Quand les domaines ou parcelles sont situées à proximité de sources de pollution importantes, l'organisme de certification doit procéder à des analyses avant de certifier qu'un produit est biologique.
2- Le choix des cultures et des variétés doit tenir compte des conditions pédo-climatiques. Les espèces et variétés doivent être résistantes aux maladies.
3- Les rotations doivent être aussi variées que possible. La nécessité de rotation avec des légumineuses doit être mentionnée par les organismes de certification.
4- La fertilisation: l'objectif de la fertilisation, c'est le maintien ou l'augmentation de la fertilité des sols et de leur activité biologique. La matière organique produite sur l'exploitation doit être la base du programme de fertilisation. Tout apport d'azote doit se faire sous forme organique.
5- La protection phytosanitaire a pour objectif de limiter les pertes occasionnées par les maladies et les parasites. Tout pesticide d'origine synthétique est exclu.
6- La maîtrise des adventices s'obtiendra par un certain nombre de techniques culturales. L'envahissement des mauvaises herbes doit donc être maintenu dans la limite du tolérable. Tout herbicide obtenu par synthèse chimique est interdit.
7- Tous les produits obtenus par synthèse chimique sont interdits (par exemple le régulateur de croissance basé sur les hormones synthétiques).
Tout produit exporté vers les pays de la Communauté Européenne doit se soumettre au contrôle de conformité avec le règlement de la C.E..E. Les produits d'une parcelle biologique ne peuvent être commercialisés en tant que produits de l'agriculture biologique que quand les principes mentionnés ont été pratiqués pendant au moins deux ans (produits de la 3ème récolte). Le contrôle peut réduire ou prolonger la période de conversion compte tenu de l'utilisation antérieure de la parcelle. Dans la plupart des pays du tiers monde, il n'y a aucune organisation de l'agriculture biologique reconnue sur le plan international. Il n'y a pas de système de contrôle conforme à la réglementation de la C.E.E. Le système d'organisation du mode de production biologique, de certification et de contrôle doit être établi par l'importateur. Les frais de cette opération seront compensés par des droits d'exclusivité et de détermination du prix du produit par l'importateur. Les importateurs peuvent fournir eux-même la preuve de l'équivalence des normes de production et d'inspection auxquels sont soumis les produits qu'ils se proposent d'importer.

Mohamadia HAJOUI

(1) IFOAM: Fédération Internationale des Mouvements d'Agriculture Biologique.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc