×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Vacances culturelles pour enfants de RME

    Par L'Economiste | Edition N°:38 Le 16/07/1992 | Partager

    La Fondation Hassan II pour les Résidents Marocains à l'Etranger a pris en charge l'organisation et la gestion de colonies de vacances à Mohammédia. L'objectif est d'éviter l'acculturation des enfants des R.M.E.

    L'Enset (Ecole Nationale Supérieure de l'Enseignement Technique) et le Lycée Technique à Mohammédia accueillent respectivement depuis le 8 et le 11 Juillet les premiers enfants de Résidents Marocains à L'Etranger (R.M.E) venus passer 3 semaines en colonie de vacances. Cette année plus de 1.400 enfants viendront de différents pays (Europe, Canada, USA...) se relaieront sur les deux périodes (Juillet-Août) voire Septembre et Octobre. L'opération "colonie de vacances pour enfants de R.M.E" a coûté pour sa première édition environ 5,5 millions de DH. La location des deux Etablissements au Ministère de l'Education Nationale revient à 6,80DH par enfant et par jour à la Fondation Hassan II pour les R.M.E. qui a lancé cette opération. L'enfant est quasiment pris en charge. Excepté une participation symbolique de l'ordre de 500FF qui est demandée aux parents. M. Jabour, Trésorier Général de la Fondation souligne que 50 à 60% du coût global de l'opération est absorbé par le transport aérien. Cette année, une convention a été signée entre la Fondation et Royal Air Maroc. La RAM a accordé des remises de l'ordre de 40 à 60% au profit de tous les résidents marocains à l'étranger. Les frais de transport terrestre reviennent à 300.000DH. Sans compter les deux ou trois cars mobilisés en permanence pour les différents déplacements et excursions. Les tenues pour les petites filles et les petits garçons ont coûté 300.000DH. Quant au personnel d'encadrement et les quelque 130 animateurs, ils ont été pour la plupart dépêchés par le Ministère et la Fondation. Parmi eux, on retrouve également des étudiants ayant terminé leurs études en tant qu'animateurs. Un chef cuisinier et deux adjoints ont été recrutés à cette occasion. Le personnel assurant l'entretien des locaux, le jardinage et le gardiennage est celui des deux établissements.

    Maintenir le cordon ombilical

    Opérationnels depuis deux ans, les centres de vacances créés et gérés par les membres de la Fondation et des cadres du Ministère chargé de la Communauté Marocaine à l'Etranger, accueillent depuis deux ans les enfants de RME en provenance de tous les continents. Le but est de maintenir le cordon ombilical entre l'enfant et le pays d'origine de ses parents mais de façon intelligente. Comme l'a parfaitement illustré M. Fouad Zenati, Attaché Financier auprès de la Fondation: "les enfants de nos ressortissants qui résident à l'étranger ne connaissent le pays d'origine de leurs parents qu'à travers les faits divers et la vision des médias des pays d'accueil." Il s'agit donc de centres de vacances où l'enfant retrouve toute l'animation socio-culturelle à savoir jeux, ateliers de théâtre, de cinéma, de dessin... excursions dans certaines régions du Maroc. Pour les enfants qui viennent d'arriver, il est prévu des excursions à Ifrane, Azrou notamment. Mais il est aussi permis à l'enfant d'approfondir ses connaissances sur le tissu industriel local, l'historique de certaines villes... C'est également l'occasion pour ces enfants âgés de 8 à 14 ans de parler la langue du pays avec les animateurs et leurs camarades de chambres. Certains parlent français, d'autres suédois, allemand ou anglais et pour communiquer le jeu consiste à s'exprimer en arabe.

    Cinq ateliers de création

    D'ailleurs pour les prochaines années, il est prévu de regrouper les enfants en provenance de pays étrangers avec des enfants vivant au Maroc pour que le recours à la langue des parents soit utilisé plus fréquemment.
    Cette année, on ne lésine pas sur les activités socio-culturelles. L'accent a été mis sur l'animation culturelle parce que "les enfants sont habitués à ce genre d'activités et savent manipuler le matériel. Les pays où ils résident leur offrent la possibilité de réaliser beaucoup d'activités". Aussi cinq ateliers de création avec des artistes marocains fonctionneront en permanence proposant aux enfants la possibilité de s'exercer à certains arts. Les amateurs de peinture pourront faire quelques fresques en compagnie de Nabili. Pour l'atelier théâtre, les enfants participeront à tous les stades (régie, costumes, textes...) sous l'il averti de Khamouli. L'atelier photo comprendra des groupes d'initiation à l'art de la photo et des groupes qui réaliseront des reportages. Cet atelier sera dirigé par M. Bekay. Un quatrième atelier regroupera les amateurs de contes relatifs à l'histoire du monde arabe. Ce qui permettra aux enfants d'apprendre à lire. Enfin, l'atelier danse sera l'occasion de marier la danse moderne à la danse traditionnelle. Les activités de ces cinq ateliers feront l'objet d'un film documentaire confié au réalisateur Abderrahman Tazi. Ce documentaire sera distribué aux différents consulats et associations de parents marocains. C'est d'ailleurs à travers consulats et associations que les parents sont contactés pour faire venir leurs enfants. La Fondation projette d'acquérir ses propres centres de vacances et de les implanter dans différentes régions du Maroc.

    N. H.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc