×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    Crise financière:
    L’action concertée des banques centrales

    Par L'Economiste | Edition N°:2865 Le 22/09/2008 | Partager

    . Fonds spécial pour créances douteuses en discussionLES Bourses internationales reprennent de nouveau des couleurs. Mais pour combien de temps encore? Après une série de mesures qui n’avaient pas suffi à rassurer, dont le sauvetage de l’assureur américain AIG et d’abondantes injections de liquidités, les autorités américaines semblaient avoir réussi à rétablir un peu de confiance sur les marchés boursiers. Et ce, grâce à un nouveau plan de sauvetage et une action concertée des banques centrales des principales puissances économiques. Ces dernières lancent une opération commune pour permettre aux banques de se refinancer par l’intermédiaire d’une augmentation de 180 milliards de dollars des accords de «swap» entre ces banques centrales. Les autorités américaines annoncent qu’elles préparent un plan pour débarrasser les banques de leurs actifs invendables. Le plan viserait donc à attaquer à la racine cette crise de confiance en «sortant» du bilan des banques les créances douteuses accumulées, souvent opaques et liées au marché immobilier américain.Les Bourses asiatiques et européennes bondissent suite à cette annonce. Les détails de ce plan ne sont pas encore connus, mais les marchés tablent sur la création d’un fonds spécial qui reprendrait les créances les plus mauvaises afin de les apurer de manière ordonnée.Pour le moment, Washington a simplement annoncé que le secrétaire au Trésor et le président de la Réserve fédérale allaient discuter avec le Congrès de la manière de s’attaquer au problème des actifs non liquides dans le bilan des banques. Les investisseurs saluaient également la décision d’interdire les ventes à découvert d’actions de sociétés financières. Cette opération, beaucoup pratiquée par les fonds spéculatifs, consiste à emprunter une action dont on pense que le prix va baisser et à la revendre, avec l’espoir d’empocher une forte différence au moment où il faudra la racheter pour la rendre. Cette technique précipite souvent la chute du cours. Le Trésor américain a par ailleurs annoncé, vendredi dernier, qu’il allait garantir les actifs des fonds monétaires jusqu’à 50 milliards de dollars, afin d’assurer la solvabilité et de maintenir la confiance pour ces produits financiers.


    Les fusions, parade face au risque

    LA banque britannique Lloyd TSB rachète sa concurrente HBOS menacée de faillite pour 15 milliards d’euros. Une opération qui crée la 1re banque de détail outre-Manche. En Allemagne, ce sont la Deutsche Bank et la Postbank qui sont en négociation. L’attention est concentrée aussi sur Morgan Stanley. La banque d’affaires pourrait fusionner avec une banque de dépôts. Des discussions sont engagées avec Wachovia tandis que d’autres noms y circulent comme HSBC ou l’espagnol Santander. Morgan Stanley est aussi en discussion avec le fonds souverain chinois CIC, à qui elle souhaite vendre jusqu’à 49% de son capital. L’adossement semble la seule parade pour les établissements fragilisés face au risque d’effondrement des valeurs.Jihane KABBAJ

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc