×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Courrier des lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:2089 Le 18/08/2005 | Partager

. Marre des agressions!Se faire agresser, qui que vous soyez, «enfant du bled» ou étranger, est devenu un phénomène dangereux dans notre pays, surtout à Casablanca, et ce dans tous les quartiers, sans exception. Alors que faire face à son agresseur, se laisser faire pour qu’on vient après coup, si on est toujours en vie, faire le constat; ou se défendre, auquel cas il faut faire attention de ne pas blesser l’agresseur, si on arrive à bien le maîtriser, et se contenter d’appeler la police. Jusqu’à quand on va vivre dans la peur? La peur d’être agressé par un malfaiteur, la peur d’un mendiant ou un «chamkar» au feu rouge et dans la rue, la peur de se défendre, car l’agresseur peut posséder une arme blanche (actuellement on ne se contente plus du couteau, on utilise le sabre et les produits chimiques). Voici une idée: mettre en place des équipes de 5 à 6 policiers en civil, bien entraînés «arts martiaux», qui font des tournées dans les quartiers, à pieds, et non pas dans des voitures en se contentant de regarder les gens, mais plutôt à surveiller les malfaiteurs et donc protéger le citoyens, tout en étant prêts à intervenir en cas de tentative de vol ou d’agression par un malfaiteur.Salah Eddine L., cadre ex-MRE rentré au Maroc. Nos belles murailles saccagéesJ’aimerais attirer votre attention sur le devenir des murailles de Rabat, pour un budget de 40 millions de DH destinés à entretenir ces remparts, notre histoire est en train d’être saccagée. En effet, si vous savez ce qu’étaient les remparts de Rabat, envoyez un de vos reporters avec un photographe pour voir ce qu’elles deviennent aujourd’hui! Je trouve qu’ils reflètent le désordre, l’anarchie et le «je-m’en-foutisme» qui sévissent dans notre pays. A bon entendeur, salut!Citoyen r’bati. Contrôles stupidesJe désire réagir concernant les nouveaux contrôles antipollution de la police. Je viens d’acheter un véhicule neuf haut de gamme qui est toujours en immatriculation provisoire WW. Il devrait normalement respecter les normes antipollution, vu qu’il a moins d’un mois, alors qu’une fumée noire sort du pot d’échappement en accélération. La faute est bien sûr la mauvaise qualité des carburants qui nuisent aux moteurs des véhicules qu’ils soient essence ou diesel. Comme vous avez dû le remarquer, la plupart des voitures même haut de gamme dégagent une fumée sombre au moment des accélérations. Je trouve que c’est anormal que les citoyens soient pénalisés pour quelque chose dont ils ne sont pas responsables. C’est la Samir et les sociétés pétrolières installées au Maroc qui devraient améliorer la qualité des carburants qui contiennent une quantité nuisible d’eau et de bactéries. Hicham M., directeur d’entreprise. Le «prix» des papiersJe veux signaler une anomalie: un jeune qui a payé 200 DH pour son acte de mariage, un autre 300, un de mes amis a payé 400 DH. Et les prix changent tout le temps pour un même papier. Les jeunes MRE tirent des conclusions désagréables sur le pays: un ressortissant marocain n’a jamais encouragé la corruption à l’étranger, mais quand il rentre, il procède à une comparaison. «En un mois, il te dit qu’il a donné 12 fois, 3 fois en route, 1 fois au tribunal, 3 fois à la commune, etc. Je me demande pourquoi l’Etat ne présente pas un petit livre qui répond à toutes les questions des MRE, surtout les divers prix et transactions, et comme ça qui veut se marier il sait qu’il doit présenter et payer au lieu de se faire arnaquer partout: certains documents avec 125 DH (au lieu de 500) pour demander un permis d’habiter... et pour s’abonner à l’ONE, etc. Driss E. A. de Montréal. Pèlerinage: Scandale et propositionJe vous félicite pour vos articles sur le scandale du quota du Haj et je proteste moi-même et je l’ai fait par écrit auprès du ministre du Tourisme et je dis qu’il y a beaucoup de trafic dans les travaux de la soi-disant commission et c’est honteux; pour être constructif je propose au ministre de lier l’export des touristes (pèlerins marocains) à l’import des touristes étrangers et chaque agence aura son quota au prorata des touristes qu’elle drainera vers le Maroc et se sera une juste récompense et ça dopera le secteur pour plus d’effort dans le sens étranger/Maroc et ça permettra un tri naturel des agences puisque celles capables d’amener des touristes européens très exigeants seront capables d’offrir le même service dans l’autre sens. Un ami d’Arabie saoudite, pour vous aider. Gouvernance sur la place publiqueVotre dossier sur la gouvernance vient à point nommé. La question demande un approfondissement et de pousser plus loin la réflexion sur la base de notre vécu pour trouver des solutions. Et oui, il faut amener le débat sur la place publique. Je souhaiterais pouvoir mettre à profit mon quart de siècle d’expérience en tant qu’entrepreneur. Et il y en a des choses à dire, à faire et à réhabiliter! M. Db, entrepreneur


Le sucre privatisé

. ConcurrenceC’est une très bonne chose. Il faudrait aussi faire jouer la concurrence des producteurs du reste du monde pour continuer à réduire la protection sur le sucre, matière première et produits finis et pousser à rechercher la rentabilité des usines concédées dont certaines tournent à faible capacité de production (frais fixes élevés). Le fait que le sucre (Saccharose) en particulier et les glucides en général soient des composants importants dans notre alimentation, surtout en milieu rural, relèvent plutôt de nos revenus trop bas plutôt que d’une quelconque vocation à y avoir recours qui nous est propre. La société qui vient de prendre le contrôle des sucreries aura à induire un développement d’une production de l’agriculture performante à avantage comparatif et qui économise l’eau au lieu d’une agriculture de rente.M. Bz. EtrangeQui a lu l’article paru sur notre L’Economiste n’a pas manqué de se poser certaines questions telles: Comment l’adjudicataire fera pour éviter de monopoliser le secteur? Quelles sucreries ont-elles été cédées? S’agit-il de sucreries ou de groupes de sucreries? Quel sucre est-il importé? Quel est le prix d’une sucrerie? Que recueillera le trésorier de cette cession? Valait-il la peine de privatiser à ce prix?...Chadi. Patrimoine bradé et dilapidéNon à la dilapidation des richesses du peuple marocain. Demain ça sera le tour de l’OCP ou de je ne sais quoi. Mais une question toute bête, où va l’argent de ces fameuses privatisations? pas dans les caisses de l’Etat en tout cas. Bédouin

Al Qaida a-t-elle déjà gagné?

. Levons-nous!Permettez, M. Dilami, que je critique votre point de vue selon lequel Al Qaida a déjà gagné (en première page de L’Economiste du 26 juillet). Les victimes ne seront pas que ce que vous nommez la «frange occidentalisée», mais aussi ces «bons musulmans» qui vivent leur confession et condamnent l’extrémisme sans pour autant se sentir proche de l’Occident. A notre tour, nous nous empressons de tomber dans le piège d’une poignée d’interlocuteurs, précisément ceux qui dirigent le monde. Nous colorions un monde qui n’existe pas puisque déjà mélangé à outrance et le demeurera jusqu’au bout. Si nous ne nous soulevons pas, nous n’aurons que ce que nous méritons. Le monde entier est piégé entre deux extrémismes, deux symétries: occidental/Al Qaida. Pourquoi tant de silence pour les morts d’Irak et de Palestine et d’autres pays qui ne sont pas de «l’Occident»? Ne pensez-vous pas que les Anglais, Espagnols, Américains commenceront sérieusement à remettre en question la légitimité de certains «combats»? Est-ce pour autant qu’ils auront cédé le terrain à Al Qaida et qu’ils nous auront bradés aux islamistes?Mouna K. Rabat. Valet de l’OccidentQuand on lit l’article de M. Dilami «Al Qaida a-t-elle déjà gagné?», on sait pourquoi l’Occident ne peut travailler avec des gens qui font une mauvaise analyse de l’évolution du monde musulman et qui n’ont plus aucune crédibilité auprès de leurs concitoyens. C’est pourquoi ils espèrent devenir des collaborateurs auprès de leurs maîtres qui sont les Occidentaux pour leur propre intérêt et non celui de la population musulmane. Avec cet esprit, vous avez déjà perdu les élections et démocratiquement, SVP.Khalid K., fonctionnaire. Le grand Satan et les petits sataniquesUn constat indéniable, les Occidentaux font les yeux doux aux composantes islamiques de différents pays. Malgré les événements tragiques, ils ont le vent en poupe. Les maîtres de l’Occident jugent  nos pays  comme  non démocratiques, appelés à changer. Ne voulant pas être pris au dépourvu, ils anticipent pour que ce soit fait à leur façon et sous leur maîtrise. Les Américains en particulier sont trop forts en prospective. Ils ont des cellules qui ne font qu’étudier tous les scénarios possibles et inimaginables et, à chaque cas, ils préparent des dossiers de simulations prêts à exploiter au temps opportun. Les initiés reconnaissent que les islamistes garnissent déjà les différentes simulations. Les Occidentaux appliquent le principe «lorsqu’on ne peut pas contrer le courant alors il vaut mieux l’accompagner». Que Dieu protège le  Maroc du grand Satan et des petits sataniques!L. N. . Froid dans le dosJe viens de lire le papier de M. Dilami et j’ai eu soudain froid dans le dos. Je croyais être complètement à côté de la plaque en pensant exactement ce que je viens de lire. J’ai toujours pensé que l’Occident, dans ses relations avec les islamistes, ne jouait pas franc jeu. Je ne comprenais pas que les pays les plus démocratiques soutiennent les assassins massacreurs d’enfants en Algérie, et ce au nom des droits de l’homme. Je ne comprends pas pourquoi l’ambassadeur des USA au Maroc veut éviter à Nadia Yassine d’être jugée. Je ne comprends pas pourquoi les Anglais ont toujours refusé de collaborer avec les autres pays occidentaux, victimes d’attentats islamistes. Je ne comprends pas pourquoi Tony Blair se sent soudain obligé d’activer cette collaboration. Tout cela serait le résultat de sombres négociations, d’obscurs calculs! Non, ce serait trop machiavélique, mais la politique, l’amour du pouvoir, sont machiavéliques. Devant cette infernale machination, nous, citoyens moyens des pays arabo-musulmans -après avoir été les victimes de l’Occident- deviendrons les victimes de nos propres frères. Un croyant désorienté. Any bitch! Moi aussi j’ai eu le même sentiment après la lecture de l’article de M. Dilami, un article excellent et qui résume mes craintes depuis bien des années, j’ai ressenti cette même angoisse glaciale que doit ressentir le mouton à la veille de son sacrifice. Le sacrifice des moutons que nous sommes est bel et bien dans l’agenda de ces démocraties qui ne veulent garantir le droit d’être qu’à la partie privilégiée de leurs concitoyens. Malheureusement, Dilami est visionnaire et nous autres pauvres moutons que nous sommes, devrions-nous se rebeller au lieu de subir passivement ce qui se trame. On s’est battu des années durant pour empêcher l’obscurantisme des islamistes, et ce n’est pas une ambitieuse illuminée qui va nous renvoyer à l’âge de pierre qu’elle prône pour nous autres. C’est aussi malheureux de voir avec quelle facilité les Américains interfèrent dans nos affaires intérieures. C’est malheureux et puis quel est l’agenda de cette personne? Qu’est-ce qu’elle nous propose? comment compte-t-elle sortir le Maroc de la crise sociale et économique qu’il vit depuis des décennies? Et que nous suggère à nous les femmes de ce pays qui travaillent d’arrache-pied pour hisser le Maroc vers le haut? Ce n’est malheureusement pas ses prières ni les diatribes égocentriques de son père qui vont nous guider vers les lumières du XXIe siècle. Mais, hélas! comme on le dit si bien ici: the US plays with any bitch (chienne, dans le sens de «garce») as long as it is its bitch, et la «bitch des Américains» maintenant, ce sont bel et bien les islamistes. Enchantée! Selma 


La Chine, le yuan et nos textiliens

. Grande nation économiqueLa Chine a gagné ses galons de grande nation économique, ce n’est pas dû au hasard, mais au dur labeur et à la rigueur du peuple chinois. Ce pays continent constitue lui-même un grand marché par le nombre de ses habitants, et peut se permettre aujourd’hui de manœuvrer à sa guise, comme réévaluer sa monnaie. Voilà un modèle à reproduire au lieu de penser à dévaluer notre monnaie afin d’aider les textiliens à exporter.Internaute. MéchancetéVous êtes méchant car nos textiliens font travailler et vivre des milliers de citoyens et leurs familles. C’est pour elles qu’ils se battent. Alors à quoi sert un dirham surévalué si on ne peut pas le gagner avec la fermeture des usines pour cause chinoise?MRE. Nos patrons textiliensC’est qu’ils ne sont jamais à court d’idées nos patrons textiliens. Après s’être tournés en ridicule par leurs revendications saugrenues de régionalisation du Smig, de dévaluation du dirham et autres mots de cet acabit, leurs éminences innovent. Rassurez-vous, fidèles à leur tradition qui dure depuis l’indépendance,  leur innovation  n’est ni technologique ni «fibrologique» mais tout bonnement antisociale. Eh oui. C’est que le mythe de la mite a la vie dure chez les gens de l’Amith dans ce beau pays. Ce parasite leur a tellement rongé le crâne que la noisette cervicale s’en trouve affectée au point qu’ils se mettent  maintenant à décrier la mise en place de l’AMO, cette assurance-maladie tant attendue. Exit leurs éminences, la nouvelle charge (2%) va les obliger à fermer leurs usines. Rien que ça, messieurs. En supposant que leurs éminences respectent le Smig, cette nouvelle charge se situera autour de 20 centimes ou 4 rials l’heure. Pour eux, c’est prohibitif et la santé du travailleur et de sa famille est trop chère à 20 centimes l’heure. Que dire de plus? Tout est dit! Heureusement que nos clients ont inventé la norme sociale et que celle-ci va être de plus en plus exigée.Z. H.. Nos textiliens La réévaluation du yuan chinois doit faire plaisir à beaucoup d’industriels dans le monde sauf à nos textiliens qui se prennent pour le nombril du monde.Roro


. Incroyable mais vrai!L’Université Moulay Ismaïl organise chaque fin d’année une cérémonie de remise de prix aux meilleurs étudiants des établissements. Cette année, la cérémonie a été organisée en présence du nouveau wali de la Région Meknès-Tafilalet, Hassan Aourid, et du président par intérim de l’Université Moulay Ismaïl (le president de l’Université Moulay Ismaïl a été nommé wali de la Région de Kénitra). La cérémonie s’est déroulée, comme d’habitude, dans une atmosphère d’allégresse. Sauf, à la fin, les étudiants ont découvert qu’ils ont été «arnaqués» par leur université: les enveloppes remises en guise de cadeaux ne contenaient qu’un fragment de papier cartonné. Voulant se montrer généreux devant le nouveau wali, les responsables de l’université ont pris leurs étudiants pour des dupes. Karim A. B. , étudiant à Meknès . Je veux mes fautes!Je voulais juste souligner que ce n’est pas nécessaire de changer les messages. A chaque fois que je participe à un forum sur votre site je le trouve modifié. J’aimerais bien que mes écrits restent intacts avec leurs fautes d’orthographe et les modifier seulement si le contenu est offensif, ce qui n’est pas le cas de mes messages. Je trouve que vous faites preuve de trop de contrôle et ça nous étouffe!!!Nora B. Canada(NDLR: Non, chère Nora, tous les messages continueront d’être corrigés! Mais surveillez notre numéro du 31 décembre, nous publions les plus belles perles ce jour-là). Police négligenteL’alerte est à son plus haut niveau dans tous les aéroports, dites-vous dans votre journal. Le Maroc n’y échappe pas. Après les attentats de Londres puis celui de Charm El-Cheikh en Egypte, les autorités aéroportuaires sont passées au niveau d’alerte appelé «niveau rouge». Mais êtes-vous allés voir comment ça se passe vraiment? Vous mettez votre bagage sur le scanner, il passe pendant que les agents continuent leur discussion en regardant ailleurs. On em… (excusez le mot) les gens avec leur passeport, mais on ne fait pas son travail en surveillant tes bagages, voilà ce qu’on appelle le «niveau rouge». Yousra M.I.N. Casablanca
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc