×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Consommation

    Par L'Economiste | Edition N°:2677 Le 20/12/2007 | Partager

    Editorial: Mise à niveau

    Aïd El Adha est pour toutes les familles l’occasion de constituer un stock non négligeable de viande. Aussi, l’activité au niveau des abattoirs et des boucheries cesse-t-elle pour une bonne période. Mais en dépit du mauvais état d’entretien, la plupart des établissements municipaux et ruraux n’ont fait l’objet d’aucune action touchant leur aménagement. Les collectivités locales auxquelles la gestion des abattoirs est confiée doivent normalement réserver cette période d’inactivité aux travaux d’entretien, à l’instar de ce qui se fait pour les usines des produits alimentaires manufacturés. Il en est de même pour les points de vente des viandes. Si certaines boucheries profitent de cette période d’inactivité pour rénover, d’autres, et elles sont nombreuses, ne font rien pour l’entretien et l’aménagement. L’exposition en plein air des viandes destinées à la consommation continue. L’utilisation des vitrines réfrigérées est pratiquée par quelques rares bouchers qui ont entamé, à leur manière, leur mise à niveau et investis dans de nouveaux équipements. Mais ils restent encore peu nombreux.A plusieurs reprises, notre Confédération avait mené des enquêtes sur le sujet et il s’est avéré que dans un grand nombre de points de vente, les échantillons testés ne respectent pas les limites légales de conservation. Dans d’autres, la viande est déposée directement sur un comptoir et donc exposée directement à température ambiante.Tout cela renvoie tout naturellement à l’urgence de la mise à niveau de la filière des viandes rouges. Une mise à niveau qui doit être bien étudiée et accompagnée de mesures, telles que l’actualisation du cadre législatif, la lutte contre l’abattage clandestin ou encore le soutien des initiatives du secteur privé. Les autorités concernées doivent jouer leur rôle. De même, doit être menée une vaste campagne de sensibilisation au quotidien axée sur l’hygiène et la meilleure manière de manipuler des produits aussi sensibles.Mohammed [email protected]


    ActualitéAllô, Véto!

    En vue d’un encadrement sanitaire efficace et rapproché des abattages lors de «Aïd El Adha», les services vétérinaires de la Direction de l’Elevage ont pris toutes les dispositions nécessaires pour assurer la permanence afin de répondre à tous les appels téléphoniques des consommateurs, leur donner des conseils et les orienter avant, pendant et après le sacrifice. De son côté, la CAC-Maroc, à l’instar des années précédentes, met à la disposition des consommateurs le téléphone des services vétérinaires et des docteurs vétérinaires opérant sur le territoire national.Dr Mustapha [email protected]


    Conseil/Mouton: Avant, pendant, après… mode d’emploi

    Même si vous n’êtes pas un pro du mouton, vous pouvez choisir une bête saine ne montrant pas de signes de maladie. Il suffit de vérifier que le mouton n’a pas de fièvre, d’écoulement nasal, de conjonctivite, de toux, d’oedèmes, d’éruptions cutanées, de blessures… Oui, mais même si vous avez fait le bon choix, il est utile de suivre les recommandations suivantes:* Transport du mouton: Le mouton doit être transporté au mieux debout, dans un véhicule ventilé. Sinon, l’animal couché doit être ligoté par ses trois pattes. Le nœud doit être légèrement lâche afin de faciliter la circulation sanguine des membres. Si l’animal est transporté sur une longue distance (plus d’une heure de voyage), prévoir plusieurs arrêts pour s’enquérir de sa santé.* Avant le sacrifice: Mettre le mouton au repos et en diète hydrique pendant 12 heures (lui donner uniquement à boire).* Le sacrifice: - Nettoyer le lieu du sacrifice. - Utiliser des instruments propres et aiguisés. - La saignée de l’animal sacrifié doit être complète. - Le dépouillement de l’animal doit être immédiat. - Utiliser un souffleur pour le dépouillement (éviter de souffler avec la bouche) pour ne pas contaminer la carcasse. - Disposer d’une eau propre et suffisante. * Après le sacrifice: - Pratiquer une éviscération rapide. - Eviter la contamination de la viande par les contacts à la main ou les contacts par le contenu stomacal ou intestinal. - Mettre les abats dans des ustensiles propres. - Laver immédiatement la carcasse et les boyaux avec une eau propre.* Contrôle: Il faut exclure de la consommation humaine, en partie ou en totalité, les parties de carcasse ou de viscères présentant : couleur, odeur, consistance ou saveur anormales, hématomes, contusions, abcès, oedèmes et importantes lésions sous cutanées ou musculaires, abcès, kystes ou parasites (vers) au niveau des abats. En cas de doute sur l’état de santé de l’animal, contacter immédiatement le service vétérinaire le plus proche. De même, il faut enfuir ou détruire au feu ou avec du crésyl ou de la chaux vive les parties de viandes ou d’abats éliminés et ne jamais préférer les donner à manger aux chiens ou les jeter directement dans les poubelles.* Conservation: - Laisser reposer la carcasse de viande à l’air libre quelques temps avant son entreposage au réfrigérateur. - Retarder, de préférence, la consommation de la viande au lendemain de l’Aïd. - Découper la viande avec du matériel propre et sur des surfaces nettoyées au préalable. Les pièces de viande sont réfrigérées à une température de 7 °C au plus et conservées pendant 5 jours maximum. - La viande coupée en pièces et emballée dans des films ou sachets en plastique alimentaires propres peut être congelée à une température de -18 °C et conservée pendant 12 mois maximum. Pour une meilleure conservation des préparations traditionnelles telles que «Gueddid », «Courdass»… la viande doit être correctement fileté, salée et séchée.* Evacuation des déchets: Mettre les déchets solides dans des sacs en plastique et les jeter dans les poubelles. Ne jamais laisser couler les déchets dans les canaux d’assainissement.Dr Mustapha [email protected]

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc