×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Casablanca
    146 millions de DH pour booster l’offre de soins

    Par L'Economiste | Edition N°:2560 Le 02/07/2007 | Partager

    . Partenariat entre la Santé et les conseils locaux. De nouveaux services et structures à créer Les autorités de la métropole entendent bien étoffer l’offre de soins. L’opération est mise en branle depuis déjà une année en partenariat avec le département de la Santé. Un plan d’action a ainsi été arrêté de concert avec les conseils locaux et la Wilaya. Des objectifs bien chiffrés y sont consignés. Il s’agit de réaliser cette année un peu plus de 2 millions de diagnostics, soit 10% de plus par rapport à 2006. La même performance est visée par les autorités médicales pour le contrôle prénatal. Idem pour les traitements proprement dits. Les hôpitaux publics sont tenus d’augmenter la cadence et opérer près de 60.000 patients. S’ils y arrivent, ils marqueront une augmentation de 10% par rapport à 2006. Pour les urgences et les analyses médicales, la barre est placée moins haut. Le plan d’action se contente d’une amélioration de 5% uniquement. Quant aux accouchements, ils ne devraient augmenter que de 2% sur un an.Ces résultats ne seront à la portée que si les structures de soins suivent. Les initiateurs du plan d’action en sont conscients. D’où le projet de renforcer l’existant par l’installation de 3 hôpitaux et 6 dispensaires. Des services de soins comme l’oncologie, la médecine nucléaire, la greffe des reins sont également envisagés. Voilà pour les nouvelles structures. La réhabilitation concernera, elle, quelque 20 centres de santés et 7 services médicaux. D’autres structures de soins vont bénéficier d’équipements médicaux comme le scanner à l’hôpital de Hay Mohammadi.Les ressources humaines ne sont pas en reste. Il faut en améliorer les connaissances et les compétences. L’année 2007, ou ce qu’il en reste, sera celle de la mise en synergie entre les hôpitaux préfectoraux et le CHU Ibn-Rochd (le Centre hospitalier universitaire). Et ce, en créant un réseau de communication entre les services des uns et des autres. La mise à niveau des ressources humaines passe aussi par la modernisation des procédés de gestion des structures et des équipements. C’est également un des objectifs majeurs du plan d’action. En 2007, le budget affecté à cette opération de renforcement de l’offre de soins est de 146,7 millions de DH. Les contributions des conseils locaux (Région, Préfecture et Ville) et du ministère de la Santé étaient d’un peu plus de 137 millions de DH l’année précédente, soit donc une hausse de 10 millions.Rappelons que le plan stratégique de renforcement de l’offre publique de soins porte sur trois ans de 2006 à 2008. Pour en réaliser les objectifs, il a été doté d’un budget global de 350 millions de DH, essentiellement financé par le département de la Santé, la Ville, la Région et le Conseil préfectoral. Déjà en 2006, un des objectifs était de renforcer le personnel de santé par la nomination de 214 cadres de santé, dont 12 médecins spécialistes, 36 médecins généraux, 152 infirmiers et 14 autres cadres. Ali JAFRY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc