×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

Capital investissement: Un moteur de la croissance française

Par L'Economiste | Edition N°:519 Le 01/06/1999 | Partager

L'activité du capital investissement en France a réalisé un bond de 42% en 1998 par rapport à 1997. Tels sont les chiffres publiés par l'Association Française des Investisseurs en Capital (AFIC). D'après son président: «Le capital investissement est l'un des principaux moteurs de la croissance en France». En 1998, la croissance économique retrouvée, alliée au soutien actif des pouvoirs publics, a attiré les capitaux, ainsi que la montée en puissance du nouveau marché de la Bourse de Paris, spécialisée dans les entreprises à fort potentiel de croissance. Les capital-investisseurs sont des établissements financiers, souvent adossés à de grandes entreprises ou des banques qui apportent des fonds propres à de jeunes entreprises pour les accompagner dans leur développement. Après trois ou quatre ans de présence au capital, elles revendent leur participation, soit à des industriels, soit en bourse, en visant une forte plus-value.

A côté des investissements effectivement réalisés, le montant total des fonds levés dans l'Hexagone a été multiplié par quatre l'an dernier, dont près de la moitié hors de France. Ce qui prouve un engouement important des investisseurs étrangers pour les PME françaises innovantes.
A noter aussi que les investissements consacrés à la seule création d'entreprises (capital risque) ont été en hausse de 54,5%. Les autres investissements se sont répartis entre le capital-développement et la transmission avec effet de levier. Par secteur, les hautes technologies se taillent la part du lion avec 32%. Les biens de consommation et l'industrie représentent respectivement 22 et 19%. 70% de ces investissements ont été réalisés en France et 30% hors de France par des sociétés françaises de capital-investissement.
L'abondance de capitaux dans le financement de jeunes entreprises françaises doit beaucoup à l'action des pouvoirs publics. En effet, ils ont créé en 1997 les FCPI (Fonds Communs de Placement dans l'Innovation). L'Etat a aussi consacré une somme importante à la création d'un fonds public pour le capital-risque.

Nadia BELKHAYAT (AFP)


Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc