×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    BAD: 3 milliards de DH par an pour 2007-2011

    Par L'Economiste | Edition N°:2424 Le 18/12/2006 | Partager

    . 3,2 milliards de DH pour trois projets en 2006. Secteurs concernés: autoroutes, eau potable et fonction publiqueLA Banque africaine de développement (BAD) passe à la vitesse supérieure pour les prêts accordés au Maroc. La visite de son président Donald Kaberuka du 15 au 17 décembre a été l’occasion de signer trois accords, approuvés en juillet dernier et portant sur un montant global de 284 millions d’euros (environ 3,2 milliards de DH). Ces trois accords portent à 4 milliards d’euros (environ 45 milliards de dirhams), les interventions de la BAD au Maroc depuis le début de ses opérations dans le pays en 1970. «La BAD est ainsi la première institution multilatérale de financement du développement du Maroc, auquel elle compte réserver une enveloppe annuelle d’environ 310 millions d’euros (plus de 3 milliards de dirhams) pour la période 2007-2011», a déclaré Kaberuka lors d’une conférence de presse vendredi. Les taux d’intérêt appliqués par la banque, allant de 5 à 7% en fonction des projets, restent des plus compétitifs, a-t-il affirmé. Premier projet concerné par ces accords: l’autoroute Marrakech/Agadir pour un montant de 118 millions d’euros (plus de 1,2 milliards de DH). La BAD finance la section Imintanout/Chichaoua longue de 33 km, la construction des systèmes de péages et les travaux de sécurité sur l’ensemble de l’autoroute. Le démarrage des travaux est prévu cette année pour une durée de 4 ans. Deuxième projet où intervient la BAD: le projet d’alimentation en eau potable et assainissement, neuvième du genre. Le prêt de la banque est de l’ordre de 80 millions d’euros (environ 880 millions de DH). Le projet est destiné à améliorer l’approvisionnement en eau potable en milieu rural (Chefchaouen, Azilal, Kénitra et Settat) à travers la mise en place d’ouvrages de production et d’adduction. Il contribuera également à l’amélioration de la gestion des eaux usées dans la province de Khouribga. Il permettra ainsi l’approvisionnement en eau potable d’une population rurale de plus de 350.000 habitants et la collecte et l’épuration des eaux usées pour une population urbaine de plus de 300.000 habitants. Les travaux seront entamés ce mois-ci pour une durée de 5 ans.Le dernier prêt octroyé concerne la 2e phase du programme d’appui à la réforme de l’administration publique (Parap II), pour un montant de 85 millions d’euros (environ 935 millions de DH). Le projet vise à améliorer la gestion budgétaire et des ressources humaines ainsi qu’à maîtriser l’évolution de la masse salariale dans la fonction publique. Le programme s’appuiera sur des dispositifs de globalisation des crédits, de contractualisation. Le renforcement de l’audit interne, de l’évaluation de performance et de la modernisation du système d’information sont également de mise. Et ce, au même titre que la mise en œuvre du référentiel des emplois et des compétences, l’introduction de nouvelles modalités de recrutement et l’encouragement de la mobilité. On l’aura compris: la stratégie d’assistance de la banque au Maroc sur la période 2007-2011 s’appuiera sur trois axes d’intervention prioritaires: soutien aux réformes structurelles (macroéconomiques, institutionnelles et sectorielles), appui aux activités de développement et de mise à niveau des infrastructures, contribution à l’amélioration de l’accès des populations aux équipements sociaux de base, notamment en milieu rural.


    Programme chargé

    LE programme du président de la BAD a été plutôt chargé. Les rencontres avec plusieurs officiels marocains ont été complétées par des visites de projets financés par la banque (lycée Moulay Abdellah à Rabat, ouvrages de l’interconnexion électrique entre le Maroc et l’Espagne à Tanger) et au chantier du port de Tanger Méditerranée. Cette visite a également été l’occasion pour Donald Kaberuka d’inaugurer le nouveau bureau de la Bad à Rabat, destiné à améliorer l’efficacité des opérations de l’institution en facilitant le dialogue pays. Rappelons que dans le cadre de l’exercice 2005 de l’évaluation de la performance individuelle des pays de la banque (Epip 2005), le Maroc a été classé dans le groupe des pays les plus performants.Tarik QATTAB

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc