×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Microfinance: Pour la première fois, un fonds «pyramidal»

    Par L'Economiste | Edition N°:2424 Le 18/12/2006 | Partager

    . Le projet est initié par la CDG et la CDC française. Le fonds est doté de 100 millions DHUN nouveau fonds de financement des organismes de microfinance voit le jour. Il s’agit de Jaida S.A., doté d’un apport initial de 100 millions de DH et fruit d’une coopération entre le Maroc, la France et l’Allemagne dans un montage financier unique en son genre. Le capital de ce fonds sera détenu à hauteur de 45% par la Caisse de dépôt et de gestion (CDG). La France y détient 30% à travers 20 millions de DH de la Caisse de dépôt et de consignation (CDC) et 10 millions de DH de l’Agence française de développement. Les 25% restants sont aux mains de la Banque allemande de développement (KFW). Le pacte d’actionnaires doit être signé ce lundi au siège de la CDG à Rabat. Sont attendus à la cérémonie, prévue à cet effet, le Premier ministre Driss Jettou, des membres de son équipe et les ambassadeurs de France et d’Allemagne, en plus du gouverneur de Bank-Al-Maghrib. L’objectif de ce fonds n’est autre que de répondre aux besoins de financement et refinancement du secteur, à travers une initiative sur mesure et avant tout nationale. La finalité est d’impliquer davantage les banques. Jaida S.A. sera réparti sur des tranches de clientèle, correspondant à autant de niveaux de risque (petits, mezzanine et senior). Ce caractère pyramidal est adopté pour la première fois dans la région Afrique du Nord et Moyen-Orient (Mena), où le Maroc est précurseur dans la microfinance. Appliqué surtout dans les pays de l’Europe de l’Est, il a prouvé son efficacité. Son adoption au Maroc témoigne du changement de catégorie opéré par le pays. L’étude de faisabilité de ce projet a été menée par la CDG en 2005. Un appui technique et juridique a été apporté par Bank Al Maghrib et le ministère des Finances.. Prêts concessionnelsLa microfinance passe ainsi à une vitesse supérieure, accompagnée par la France. La déclaration commune de la VIIIe rencontre de haut niveau franco-marocaine des chefs de gouvernement, qui s’est tenue à Paris les 11 et 12 décembre, indique que «les deux pays souhaitent porter une attention prioritaire au développement de nouveaux secteurs de coopération, notamment en matière de microfinancement». A cette occasion, une convention de financement a été signée entre l’AFD et la Fondation Zakoura. Depuis juin 2005, l’Agence française a accordé son soutien sous forme de prêts concessionnels à trois institutions (AMSSF-MC, Al Amana et Zakoura). Le montant global de ces prêts est de l’ordre de 230 millions de dirhams. L’AFD a également déployé une assistance technique sur des aspects tels que le crédit individuel, la lutte antiblanchiment et la gestion actif-passif. Idem pour la CDC qui s’appuie sur son expérience aussi bien en France qu’au Maroc. La banque allemande de développement est un véritable expert en la matière (600 millions d’euros de portefeuille dans la microfinance dans 40 pays et à travers plus de 100 projets). Le directeur de son bureau au Maroc, Christoph Krieger, annonce d’ailleurs une augmentation de capital de l’ordre de 5 millions d’euros (environ 55 millions de dirhams) dans Jaida dès l’année prochaine.Tarik QATTAB

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc