×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Associations professionnelles
    La formation, une grande lacune

    Par L'Economiste | Edition N°:1798 Le 25/06/2004 | Partager

    . Le PAAP lance à leur profit un cycle de 12 mois LES associations professionnelles au Maroc souffrent d’un grand déficit en formation. Mis à part des actions ponctuelles et disparates sur des thèmes d’actualité, les vrais besoins n’ont jamais fait l’objet d’identification précise. Cet état de fait est de surcroît consacré par les difficultés d’ordre matériel qui plombent l’action associative. La majorité des associations professionnelles ne disposent pas de local, encore moins de personnel suffisant pour s’acquitter des multiples tâches qui leur sont dévolues. La plupart des responsables associatifs contactés pensent que si l’Etat veut des interlocuteurs valables, il doit mieux les aider. «Les subventions se font par à coup et sont destinées à des actions précises comme la participation aux salons. Quant à la formation, elle reste le parent pauvre», explique Saïd Boukhcheb, directeur de la Fédération des industries métallurgiques, mécaniques, électriques et électroniques (FIMME). Pour combler le déficit en matière de formation surtout des cadres dirigeants des associations, le Programme d’appui aux associations professionnelles (PAAP) a lancé un cycle de formation à leur profit d’un coût de 540.000 DH. Le PAAP est financé par la Commission européenne. C’est le consortium constitué du cabinet français Ariane Développement et marocain Attitudes Conseil, qui a décroché le marché. Le cycle se déroulera sur 12 mois et comportera 5 modules à partir du 5 juillet prochain. Lors de la présentation du projet, mercredi 23 juin à Casablanca, Olivier Bresard, consultant et fondateur d’Ariane Développement, a souligné qu’à travers une bonne formation, «les associations deviendront des organismes représentatifs et pas seulement revendicatifs». Pour mieux connaître les besoins des associations, le PAAP a lancé en avril dernier une étude dont les résultats ont permis de bien cibler les thèmes de formation. Selon Omar Oukrid, directeur du PAAP, «l’étude a identifié deux types de besoins, primaires et spécifiques. Les premiers font l’objet d’offre disponible sur le marché tandis que les seconds manquent de propositions satisfaisantes». Pour lui, c’est la première fois que les responsables d’associations professionnelles se trouvent en face d’une offre qui répond à leurs attentes. En effet, la formation proposée par le PAAP a pour objectif de permettre à l’association de bien assimiler son environnement économique et juridique. Mais aussi de lui donner les outils d’une bonne gestion interne, de développement de services et projets au profit de ses adhérents et enfin de devenir un réel interlocuteur des institutionnels. Les organisateurs comptent beaucoup sur la réussite d’un tel programme pour le pérenniser. Toutefois, il va d’abord falloir changer l’idée selon laquelle le travail associatif ne peut se prendre lui-même en charge.


    Casquettes

    LA majorité des associations professionnelles travaille à effectif réduit, souvent inexistant. Il est courant de ne trouver que le directeur et une assistante. Ce dernier porte plusieurs casquettes. Le PAAP recense entre 500 et 600 associations professionnelles. Cette imprécision est due selon son directeur au changement récurrent de locaux par un grand nombre d’associations. Les locaux ne sont souvent que la propre entreprise du président. Et l’assistante joue aussi un double rôle. Difficile dans ces conditions de professionnaliser le travail associatif. Pour se prendre elles-mêmes en charge, les associations sont appelées à développer des services générateurs de ressources. Reste à savoir lesquelles…Mostafa BENTAK

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc