×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Le cancer, affrontons-le!
    Les espoirs du Taxotere
    De notre envoyée spéciale à Paris, Mouna KADIRI

    Par L'Economiste | Edition N°:1798 Le 25/06/2004 | Partager

    . Le Taxotere, une des thérapies-phare. Dans cinq ans, le cancer, l’une des premières causes de mortalité dans le mondeGRANDE manœuvre de communication chez Aventis. Le laboratoire pharmaceutique a convié le 22 juin dernier dans son centre de recherche et de production, à Vitry-sur-Seine (Paris) une centaine de journalistes d’un peu partout dans le monde. L’Economiste représentait le Maroc. Au menu: le point sur le cancer et le Taxotere, médicament de lutte contre cette maladie, produit par la firme. Le cancer tue chaque année près de six millions de personnes. Dans les cinq prochaines années, le cancer sera l’une des principales causes de décès. Il dépassera les maladies cardiovasculaires comme première cause de mortalité dans le monde, indique le Pr. Claus Henning Köhne, de la Clinique universitaire de Dresde (Allemagne).Chez les femmes, le cancer du poumon arrive en première ligne dans les taux de mortalité suivi du cancer du sein. Chez les femmes qui fument, le risque d’avoir un cancer du poumon est 2,5 fois supérieur à celui des hommes. Le Maroc recense chaque année près de 44.000 nouveaux cas de cancer et près de 400.000 personnes seraient atteintes de cancer. Côté antidotes, en 2004 nous nous trouvons exactement dans la même situation pour les maladies infectieuses qu’en 1900. «Nous sommes quelque part entre Pasteur et Fleming, entre les microbes et les antibiotiques», souligne le Pr. Jean-Pierre Armand, cancérologue et professeur des universités à Villejuif. Le Taxotere est considéré comme étant la dernière avancée en matière de thérapie contre le cancer. C’est le chercheur français au CNRS, Pierre Potier, qui isolera le principe actif des aiguilles de l’if avant de le céder au laboratoire pharmaceutique. Le Taxotere a été breveté en 1986 et tombera dans le domaine public en 2011. D’après le Dr. Luis Paz-Ares, le Taxotere est le premier agent chimiothérapique à permettre une diminution de 24% du risque de décès et assure un meilleur contrôle de la douleur. Pour l’expert, il représente une avancée thérapeutique majeure et devient le nouveau standard de traitement pour les patients atteints d’un cancer de la prostate. Suite à une étude sur les effets du Taxotere sur le cancer du sein, il apparaît qu’il assure une diminution de 30% du risque relatif de décès et 28% du risque relatif de rechute. Sachant que trois femmes sur quatre rechutent après un suivi de cinq ans. «Le Taxotere permet de sauver 5.000 vies en Europe». Les responsables d’Aventis resteront vagues quant au coût d’un tel traitement. Un professeur se contentera d’indiquer qu’il coûte «quelques milliers de dollars par an pour un patient».


    «Le cancer financier ronge l’entreprise»

    LES invités seront accueillis à la porte du site par les membres de la CGT, qui eux aussi ont communiqué. «Le cancer financier ronge l’entreprise», lit-on dans un papier distribué aux journalistes. Les chercheurs dénoncent le désengagement de la firme de plusieurs axes thérapeutiques pour des considérations financières. «Cette stratégie a conduit à la décision d’arrêt des recherches thérapeutiques en anti-infectieux. Aventis restait, avec Bayer, le dernier laboratoire de recherches français et européen où ce domaine était travaillé».

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc