×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Assises du tourisme
Un bras financier pour la Vision 2020

Par L'Economiste | Edition N°:3415 Le 01/12/2010 | Partager

. Création d’un fonds dédié au développement touristique . Une dizaine de conventions paraphéesRetenez bien ce nom: FMDT. C’est le nouveau fonds marocain pour le développement touristique, prévu par le projet loi de Finances 2011. C’est la grande annonce des Xe Assises du tourisme. L’événement a accueilli plus de 1.000 participants dont quelque 350 VIP (Emirats arabes unis, Koweit, France, Royaume Uni…) La grand-messe des professionnels du tourisme s’articule pour cette année autour de la Vision 2020, pensée comme une continuation de celle de 2010 qui a péché sur plusieurs aspects. Une douzaine de ministres étaient présents à Marakech pour signer les conventions sectorielles de la Vision 2020. La Vision 2020 marquera-t-elle un tournant? Sur le plan financier en tout cas, les ambitions sont la. Le FMDT pourrait être un levier pour attirer les investissements étrangers. Techniquement, ce mécanisme sera mis sous la tutelle du ministère des finances et alimenté entre autres par le fonds Hassan II de développement économique et social. A travers ce dispositif, Yassir Zenagui, ministre du Tourisme, tente de répondre aux limites de la vision 2010. En témoigne l’implication d’institutions diverses opérant dans les banques et finances, la formation, l’aménagement-développement…Vraisemblablement et pour éviter les loupés de la vision 2010 qui avait péché par excès d’ambition en termes de délais de réalisation et de capacité litière, celle de 2020 prévoit une intervention directe de l’Etat dans le développement touristique. C’est ainsi que le FMDT devra anticiper les besoins futurs du secteur et les accompagner durant les 10 prochaines années. On le sait, l’un des objectifs de la nouvelle vision est la création d’au moins 15.000 lits par an. Logiquement, cet objectif nécessiterait une enveloppe de plus de 15 milliards de DH.A ce niveau, le FMDT n’interviendra pas à lui seul dans ce développement. Les banques seront aussi de la partie. La conjoncture, qui a rendu difficile le montage financier de projets dans le secteur du tourisme, a poussé les banques à exiger plus de garanties. Aujourd’hui, l’autre nouveauté est que le groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM) s’engage à travers une convention avec le ministère du Tourisme à financer des projets dans le cadre de la vision 2020. Autre enjeu des 10 prochaines années, la qualité des prestations. Institutionnels et opérateurs ne cessent de le revendiquer. Les touristes encore plus. La Vision 2020 ambitionne d’instaurer un processus d’amélioration. Ainsi, les professionnels de l’hôtellerie vont être accompagnés par l’OMT (Organisation mondiale du tourisme). Objectif: aider à la mise en place de process de qualité.Et qui dit qualité, dit bien entendu ressources humaines où le déficit est des plus importants. Ce souci de formation focalise aujourd’hui l’attention de l’ensemble du secteur, en amont et en aval. Le Maroc dispose d’une cinquantaine d’établissements qui nécessitent une optimisation de leur dispositif. Des actions seront entreprises sur plusieurs fronts. D’abord, avec une école d’excellence en management hôtelier. Cette institution de formation à l’excellence devra être créée en partenariat avec l’école hôtelière de Lausanne. Un mémorandum d’entente portant sur la création de cette école a été conclu. La tendance internationale du tourisme réside dans le développement durable. Sur ce volet, un centre de recherche et de développement sera mis en place en partenariat entre l’Institut supérieur international de Tanger (Isit) et les universités de Harvard (programme Aga Khan) et de Toronto. La vision 2020 se devait en effet de respecter le développement touristique qui satisfait les besoins actuels des touristes tout en maintenant l’intégrité culturelle, les processus écologiques essentiels, la diversité biologique, et les systèmes vivants, comme le recommande l’Organisation mondiale du tourisme. Et justement, une ville comme Ouarzazate devra être décrétée première destination africaine Carbone neutre en 2015. Les départements ministériels (Intérieur, Tourisme, Energie et Mines) devront travailler de concert pour la réalisation de cet objectif. Sauf que le mode opératoire n’est pas encore déterminé comme d’ailleurs pour toutes les autres conventions signées.


Décorations

Habituellement, les Assises du tourisme sont une occasion d’émulation pour les professionnels. A chaque édition, des distinctions royales sont programmées. Hier soir, devait être décorée une dizaine d’acteurs dans le tourisme, dont Amyn Alami, cofondateur de CFG Group, Othman Chrif Alami, président de la FNT, Abdelhamid Addou, DG de l’ONMT, Fouad Chraïbi, président de l’Anit, Ghita Bennis, gestionnaire d une maison d’hôtes,Waleed Fehad Al Faïçal, président du groupe CMKD, AbdelkrimTlemçani, ex-chef de conciergerie de la Mamounia, Mohamed Ali Al Azkam, guide à Marrakech…A. R. & B. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc