×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Competences & rh

Jeunes en difficulté: L’Unicef et Bayti pour une meilleure employabilité

Par Lina EL WAFY | Edition N°:4744 Le 05/04/2016 | Partager
Un programme pilote de formation insertion pour 600 jeunes
Développement personnel, mise à niveau linguistique et informatique… les axes

Trouver un job aux jeunes en difficulté, une tâche à laquelle s’attelle l’association Bayti en collaboration avec l’Unicef, à travers un programme de ‘’formation et insertion emploi’’. Doté d’un budget de 286.000 dollars étalé sur 24 mois, ce projet pilote de transition vers la vie active, cible quelque 600 jeunes défavorisés. Il a aussi pour but le renforcement global de leurs compétences. Les moins de 24 ans représentent 30% de la population active au Maroc, d’où l’importance de les mettre dans le circuit. Sans négliger les jeunes vulnérables en situation de rue ou autre, qui eux, sont face à de grands obstacles limitant leur employabilité.
Le but du projet étant de les intégrer au mieux dans la vie active à travers notamment un processus de restructuration et développement personnel ainsi que par le biais d’une mise à niveau linguistique et informatique. Des programmes ciblés et adaptés aux difficultés rencontrées. «Les actions se feront à plusieurs niveaux et prévoient un programme de réhabilitation psychosociale en faveur des enfants et des jeunes  bénéficiaires des services de prise en charge», indique Yamna Taltit, Responsable formation et expertise  de Bayti.
Cette initiative est développée dans le cadre du programme Forsa (soutenu par des fonds canadiens) qui pour rappel vise à renforcer les opportunités d’insertion socio-économique, et plus particulièrement la transition école-travail.
Au-delà de son partenariat avec l’Unicef, Bayti renforce ces liens avec d’autres collaborateurs tels que : la Direction de l’éducation non-formelle, l’OFPPT, ou encore l’Anapec. Un exemple à dupliquer vu le contexte actuel où l’inadéquation des formations avec les attentes du  marché a fait des ravages.
 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc