×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Radionavigation par satellite: Accord Maroc-UE
    De notre correspondant permanent à Bruxelles, Aziz Ben Marzouq

    Par L'Economiste | Edition N°:4423 Le 18/12/2014 | Partager
    Huit ans après sa signature, enfin un feu vert du Parlement européen
    Le Maroc intègre désormais le système mondial de navigation par satellite à usage civil (GNSS)

    «Entre autres arguments pour l’accord avec l’UE, le Maroc a fait valoir son expertise dans le domaine de la technologie spatiale et de ses applications qui lui permettrait de développer l’usage de la radionavigation par satellite sur son territoire et dans la région

    Le système GNSS est un système de localisation et de navigation, associant plusieurs systèmes à couverture mondiale, notamment le système GPS (USA), le système Glonass (Russie) et le système Galileo (UE), pour répondre aux besoins des utilisateurs des services terrestres, maritimes et aéronautiques.
    L’objectif de l’accord qui vient d’être approuvé par le Parlement européen vise à renforcer la coopération entre le Maroc et l’UE dans le domaine de la navigation par satellite. Il met par ailleurs en application un certain nombre d’éléments des programmes européens de navigation par satellite.
    Le Maroc a souhaité vivement conclure un tel accord avec son partenaire européen dans la mesure où il considère qu’il possède un savoir-faire dans le domaine de la technologie spatiale et de ses applications qui lui permettrait de développer l’usage de la radionavigation par satellite sur son territoire et dans la région environnante (Méditerranée occidentale et Afrique de l’Ouest), en mettant l’accent sur des applications spécifiques à cette région. Notre pays a mis en avant le fait que les entreprises marocaines et européennes entretiennent des liens de coopération industrielle dans le secteur spatial depuis plusieurs années et disposent d’une base solide pour étayer et étendre la coopération dans ce domaine qui revêt une grande importance pour les deux parties.
    Les premiers contacts concernant une participation du Maroc au programme Galileo ont été établis le 24 mars 2004, lors d’une rencontre entre le ministre marocain de l’Equipement et du Transport et le directeur général de l’énergie et des transports à la Commission européenne. A l’issue d’un cycle de consultations bilatérales, le ministre a adressé, le 13 octobre 2004, une seconde lettre au directeur général pour lui confirmer la volonté du Maroc de conclure avec l’UE un accord de coopération concernant le système de radionavigation par satellite à usage civil.
    Sur la base d’un mandat de négociation du Conseil, adopté le 21 avril 2005, la Commission européenne a mené les négociations et paraphé l’accord avec les autorités marocaines le 8 novembre 2005. L’accord a finalement été signé le 12 décembre 2006. Les secteurs ouverts aux activités de coopération en matière de navigation et de synchronisation par satellite prévus par l’accord sont les suivants: recherche scientifique, fabrication industrielle, formation, application, développement des services et du marché, commerce, questions relatives au spectre radioélectrique, questions relatives à l’intégrité, normalisation et homologation.
    L’accord devrait renforcer les activités conjointes dans ces secteurs dans l’intérêt des citoyens, des industries et des communautés scientifiques des parties. Il convient de noter que l’accord n’a aucune incidence financière sur le budget de l’Union européenne. L’Europe estime que le Maroc, de par sa participation à la Politique européenne de voisinage, «a le droit d’être associé au nouveau programme-cadre de l’UE  pour la recherche et l’innovation» (Horizon 2020). En outre, du fait qu’il a conclu un accord de coopération scientifique et technique avec l’UE, «il dispose donc d’atouts certains pour contribuer à la recherche relative au GNSS dans le contexte des programmes de recherche et d’innovation de l’UE».

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc