Entreprises

Tanger Automotive City
Les premiers clients s’installent

Par L'Economiste | Edition N°:4157 Le 25/11/2013 | Partager
300 hectares dédiés au secteur automobile
La nouvelle zone prend le relais de TFZ, arrivée à saturation

Premiers tours de piste pour Tanger Automotive City (TAC). Après la fin des travaux de viabilisation, démarrés en mars dernier, les premiers lots commencent à être livrés à leurs clients pour la construction de leurs unités. C’est l’équipementier américain ECI, opérant dans le domaine des faisceaux de câbles pour le secteur automobile, qui a ouvert le bal. Il s’agit de la première implantation au Maroc. D’autres équipementiers devraient suivre avant la fin de l’année, selon des sources proches de la zone industrielle. Moins de douze mois après, les premières usines devraient entrer en service.
La zone est dédiée aux métiers de l’automobile avec une superficie prévue de 300 hectares à terme. L’investissement global incluant foncier et aménagement est de 850 millions de DH. Le volume d’investissements privés escomptés avoisine, lui, plus d’un milliard de DH pour les trois prochaines années. Un montant qui augmentera ostensiblement  avec l’entrée en service des futures phases. La TAC vise les équipementiers travaillant dans le sillage de l’Usine Renault Melloussa et de manière générale, les équipementiers automobiles attirés par les gains de productivité affichés au Maroc. La zone est en effet située à quelques kilomètres de l’Usine et dispose d’une large assiette foncière aux portes de la future ville de Chrafate. TAC prendra ainsi le relais de la Zone Franche de Tanger dont les 350 hectares sont quasiment arrivés à saturation.
Tanger Automotive City compte également, selon ses promoteurs, offrir l’opportunité aux fournisseurs d’autres constructeurs installés en Europe de venir investir au Maroc. Tanger attire de plus en plus d’équipementiers, avec ses infrastructures et le port TangerMed, elle se trouve à moins de 48 heures de route des principaux sites de construction automobile de l’Europe du Sud et de l’Ouest.
Pour rappel, la filière automobile est l’une des premières activités de la région. Le chiffre d’affaires à l’export pour la TFZ s’établit actuellement à 1,1 milliard d’euros (environ 12 milliards de DH) dont 80% accaparés par le secteur de l’automobile, suivi par l’aéronautique avec 10%.
La TAC vient en effet compléter un dispositif dédié à l’accueil des industries qui a été peaufiné depuis des années avec la mise en place de la TFZ, suivie par le complexe automobile bâti autour de Renault. Tétouan Shore et Souk Laqdim complètent l’offre en ciblant respectivement la demande en zones dédiées aux services et à l’offshoring et d’autre part le marché intérieur.

La TAC complète un
dispositif dédié à l’accueil
des industries peaufiné depuis des années avec la

TFZ et le complexe automobile bâti autour de Renault

Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc