×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Casablanca
Boussaïd promet une ville sans bidonvilles

Par L'Economiste | Edition N°:4044 Le 03/06/2013 | Partager
Le reste du programme en chantier avant la fin de l’année
Quatre opérations au profit de 25.000 ménages
Une journée d’études avec Idmaj Sakan, Al Omrane et Dyar Al Mansour

Sur les 45.920 ménages recensés dans le dernier programme de résorption des bidonvilles de la métropole, 11.000 ont déjà bénéficié de projets. Aujourd’hui, cinq opérations sont en cours pour reloger 9.700 autres familles

Du retard, mais de l’ambition! La métropole sera dans pas longtemps sans bidonvilles. C’est du moins ce que promettent les autorités locales du Grand Casablanca. «Tout ce qui reste des opérations de résorption de ces constructions sera lancé avant la fin de l’année. Les travaux de quatre opérations seront bientôt entamés au profit d’environ 25.000 ménages», a indiqué Abderrahmane Ifrassen, directeur de Idmaj Sakan, lors de la session ordinaire du mois de mai du conseil de la région, tenue jeudi dernier. Les cinq points qui étaient à l’ordre du jour de cette réunion ont été tous votés à l’unanimité. Ils portent, entre autres, sur la convention relative à la réalisation du Super collecteur ouest et l’accord de principe pour la création d’une société locale de développement des ZI.
La problématique des bidonvilles était au centre des discussions. «Sur les 45.920 ménages recensés dans le dernier programme régional, 11.000 ont déjà bénéficié de projets. Aujourd’hui, cinq opérations sont en cours pour reloger 9.700 autres familles», précise Ifrassen qui a présenté l’état d’avancement global des chantiers. «Nous ne pouvons être que fiers des réalisations de la société publique Idmaj Sakan qui, en l’espace de sept ans seulement, a fait preuve d’efficacité et de dynamisme au service des bidonvillois du Grand Casablanca», affirme, de son côté, Mohamed Boussaïd, wali de la région.
Ainsi, depuis sa création en 2006, Idmaj Sakan a réalisé 15 opérations au profit de 24.201 ménages. La société mène aujourd’hui quatre projets pour le relogement de 2.208 familles et étudie six autres opérations au profit de 13.532 ménages. Côté équipements publics (écoles, collèges, lycées, bibliothèque, arrondissement, etc.), elle a pu construire au total 22 unités pour un montant d’investissement de 127 millions de DH. 21 unités, totalisant un montant de 129 millions de DH, sont aujourd’hui en cours de réalisation.
Outre Idmaj Sakan (183 ha), le programme de lutte contre les bidonvilles concerne Al Omrane (302 ha), Dyar Al Mansour (40 ha) et l’Agence urbaine (120 ha). «D’où la nécessité d’organiser une journée d’études avec l’ensemble des intervenants pour présenter leurs réalisations et les difficultés auxquelles ils sont exposés», propose Boussaïd.
Rappelons que le coût global de réalisation du programme est estimé à plus de 4,8 milliards de DH dont 620 millions de DH pour l’acquisition du foncier. La contribution des ménages s’élève à 1 milliard de DH et celle du budget général de l’Etat à 762 millions de DH.

Rien ne lui fait peur!

«Les problèmes ne me font pas peur même s’ils sont énormes et compliqués». Le wali de la région du Grand Casablanca, Mohamed Boussaïd, ne cache pas son enthousiasme pour venir à bout des défaillances de la métropole. Sa réponse aux questions des membres du conseil régional était claire et intelligente à la fois. «Le Grand Casablanca souffre de gros problèmes, mais dispose en parallèle d’énormes énergies et compétences», a-t-il indiqué, ajoutant que «la problématique des bidonvilles ne date pas d’aujourd’hui et qu’il n’est pas difficile de lui trouver les bonnes solutions». Mais «le gouvernement a aussi sa part de responsabilité dans ce dossier», souligne Boussaïd. La région a ainsi besoin de son soutien et de son accompagnement sur les plans financier et administratif. Pour le wali, «que ce soit pour le programme de lutte contre les bidonvilles ou pour un autre plan, davantage d’efforts doivent être fournis, tout en adoptant une approche globale et cohérente, une visibilité claire et un engagement ferme et continu».

Bouchra SABIB

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc