×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Tanger: Des Espagnols veulent dynamiser le marché de la franchise

    Par L'Economiste | Edition N°:1798 Le 25/06/2004 | Partager

    . Ce secteur peut être très porteur avec l’impact du futur port de Tanger Med Les franchiseurs espagnols mettent le cap sur le marché marocain, celui du nord en particulier. Avec les grands projets dans cette région, les opérateurs étrangers manifestent de plus en plus d’intérêt pour des partenariats commerciaux. En moins de deux ans, les Espagnols ont organisé pas moins de quatre visites à Tanger. La dernière en date, organisée par la Chambre de commerce espagnole avait comme prétexte la tenue de la deuxième rencontre maroco-espagnole de franchise. Les Espagnols ont été ravis de découvrir un marché dans une région tellement proche de l’Espagne. Tanger apparaît comme une terre vierge dans le domaine de la franchise. Si l’on se réfère aux chiffres d’une étude lancée par l’association des franchisés marocains en 2003, il apparaît que Tanger ne compte que 10 franchisés, contre 69 à Casablanca et 8 à Tétouan. La dernière enseigne installée à Tanger est une franchise espagnole de blanchissage moderne avec gestion électronique des stocks. Mais le potentiel est grand, selon l’un des responsables de la Chambre de commerce. La ville connaît un important flux d’entreprises étrangères, espagnoles entre autres. Ces dernières sont attirées par les possibilités d’investissement dans la Tanger Free Zone ou encore le futur port de Tanger Med. Les cadres ou ingénieurs des entreprises européennes sont nos cibles privilégiées”, commente un franchiseur dans la restauration rapide. Même si une part importante de la clientèle est aussi formée de clients “autochtones” qui veulent découvrir de nouveaux produits et services. A noter que la rencontre a été aussi l’occasion pour les franchises espagnoles de nouer des relations avec des entrepreneurs intéressés. Parmi les secteurs représentés, figure en bonne place celui de la restauration rapide, suivie de celui des services. Si le marché de la franchise reste assez embryonnaire au Maroc, il constitue un secteur à part entière en Espagne. La franchise en Espagne pèse environ 11,4 milliards d’euros et emploie directement 150.000 personnes à travers 646 enseignes, dont 80% d’origine espagnole. Le marché a connu une progression importante dans les dix dernières années et les franchises espagnoles ont rapidement traversé les frontières de leur pays vers des marchés naturels tels que ceux de l’Amérique latine. Une exception semble être le cas de Telepizza. Ce dernier avait mené une campagne de déploiement massive dans de nombreux pays dont le Maroc. Mais en 2002, il avait décidé de se recentrer sur l’Espagne continentale. Ses enseignes à Casablanca et Tanger ont dû se reconvertir aussi. Celle de Tanger a repeint le rouge du spécialiste espagnol de la pizza et a introduit le chawarma, spécialité libanaise en vogue à Tanger afin de rallier plus de clients.


    Le cas de Tétouan

    Comment expliquer qu’une ville avec moins de 400.000 habitants concentre plus de huit enseignes, alors que Tanger, avec deux fois plus d’habitants, ne dépasse pas la dizaine? La réponse est simple. En pleine ville, le nombre d’enseignes est très faible, les goûts de la population, semble-t-il, sont assez classiques. Par contre, c’est dans la côte tétouanaise, surtout à Marina Smir, que les enseignes se font plus nombreuses. Ciblant une clientèle haut de gamme, ce sont des enseignes de prêt-à-porter qui sont en tête, suivies par la restauration rapide. De notre correspondant,Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc