×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Le trafic portuaire dépasse les prévisions

    Par L'Economiste | Edition N°:1909 Le 03/12/2004 | Partager

    . A fin octobre 2004, plus de 50 millions de tonnes ont été traitées. Acide phosphorique et hydrocarbures dopent les échanges. Les exportations croissent plus vite que les importationsL’activité portuaire a enregistré une croissance à deux chiffres en octobre dernier. Quelque 4,99 millions de tonnes ont transité par les différents ports du pays, soit 13,7% de plus qu’en octobre 2003. Environ 2,8 millions de tonnes ont été enregistrées à l’import (+9,8% sur un an) et 2,19 à l’export (19,1%).Ces volumes portent le tonnage traité sur les dix premiers mois de l’année à 50,5 millions contre 46 millions un an plus tôt. Ce qui correspond à une hausse de 9,6% à laquelle ont contribué aussi bien les exportations (+10,3%) que les importations (+9%). Avec de tels niveaux, l’activité portuaire aura dépassé de 3,4% les prévisions établies par l’ODEP fin 2003: 4,2% pour les achats de l’étranger et 2,2% pour les expéditions.Les prévisions ont été dépassées notamment par les vracs liquides qui ont totalisé un peu plus de 14 millions de tonnes, soit 17% de plus que les espérances de l’Office. Cette performance est surtout le fait de l’acide phosphorique et des hydrocarbures dont les exportations ont augmenté de 24,2 et 56% respectivement à 3,25 et 1,8 million de tonnes. La reprise du trafic des hydrocarbures (15,2% import et export confondus) s’explique par la remise en service de la raffinerie de Mohammédia (cf. www.leconomiste.com). D’ailleurs le port de la ville a vu son trafic progresser de 23% à 8,2 millions de tonnes, dont plus de 6,5 millions pour les seuls hydrocarbures.Avec environ 7,18 millions de tonnes, le trafic unitarisé aura augmenté de 14,1% par rapport aux dix premiers mois de l’année dernière, dépassant ainsi de 3,2% les prévisions. Il est porté par le TIR (transport international routier) qui enregistre une hausse de 18,6% à 2,7 millions de tonnes et dans une moindre mesure par les conteneurs (+9,7% à 4,2 millions de tonnes).Pour les vracs solides, les réalisations, bien qu’en progression de 7,4% à 25,7 millions de tonnes, sont en deçà des prévisions de 4%. Dans cette rubrique, c’est essentiellement les importations de charbon et de céréales qui carburent. Celles-ci ont augmenté de 17,3% à 4,56 millions de tonnes pour le premier produit et de 14,7% à 3,39 millions de tonnes pour le second.Les importations de céréales ont été traitées pour plus des trois quarts (81,2%) par le port de Casablanca. Celles de charbon en majorité (72%) par Jorf Lasfar.H. E.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc