×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 195.938 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 234.695 articles (chiffres relevés le 4/6 sur google analytics)
International

Côte d’Ivoire: Les “patriotes” exigent le départ de l’armée française

Par L'Economiste | Edition N°:1913 Le 09/12/2004 | Partager

A trois jours d’un grand rassemblement pacifique contre l’armée française à Abidjan, Charles Blé Goudé, le leader des jeunes patriotes, farouches partisans du président ivoirien Laurent Gbagbo, a appelé les soldats de l’opération Licorne à quitter immédiatement la Côte d’Ivoire.“Nous demandons le départ immédiat de l’armée française de Côte d’Ivoire”, a déclaré Blé Goudé, dans un entretien avec l’AFP. Pour soutenir ce message, les jeunes patriotes organisent le 11 décembre à Abidjan, dans le quartier du Plateau, une grande marche pacifique. Les manifestants ne marcheront pas sur la base militaire française du BIMa à une dizaine de kilomètres au sud-est d’Abidjan, près de l’aéroport. “Nous resterons concentrés au Plateau, et nous y protègerons nous-mêmes l’ambassade de France, s’il le faut”. Fers de lance des manifestations antifrançaises du 6 au 10 novembre, les “patriotes” sont tenus pour responsables des pillages et exactions ayant conduit plus de 8.000 Occidentaux, dont une très grande majorité de Français, à quitter le pays, ce que dément Charles Blé Goudé. Selon le régime du président Gbagbo, 57 civils ivoiriens ont été tués et plus de 2.200 blessés lors de ces affrontements. L’armée française reconnaît pour sa part être responsable de la mort d’”une vingtaine” de personnes. “Nous voulons une solution pour sortir de la guerre”, insiste Blé Goudé. Pour cela, le président sud-africain Thabo Mbeki, qui a pris en main la médiation du conflit ivoirien, est “l’homme de la situation, celui qui peut nous comprendre”.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc