×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    1er Salon du cheval: Ouverture aujourd’hui

    Par L'Economiste | Edition N°:2886 Le 22/10/2008 | Partager

    . Il sera accessible au grand public dès jeudi . Près de 80.000 visiteurs attendusLe cheval sera à l’honneur à partir d’aujourd’hui. Le 1er Salon qui lui est consacré sera officiellement inauguré ce mercredi. Selon des sources concordantes, SM le Roi Mohammed VI y est attendu. Un événement de grande importance que le grand public saura certainement apprécier. Espaces dédiés et spectacles sont au programme du Salon. Les organisateurs espèrent une grande affluence, d’autant plus que les prix d’entrée sont à la portée de toutes les bourses (10 DH pour les adultes, 5 pour les enfants). Ce sont près de 80.000 visiteurs qui sont attendus pour cette toute première manifestation du genre au Maroc, organisée sous le thème: «Fierté et passion» (cf.www.leconomiste.com) Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la région Doukkala-Abda a été choisie pour accueillir l’événement. Elle est connue pour son patrimoine équin particulièrement important. Le cheval est en effet ancré dans l’histoire de la région. L’hippodrome Lalla Malika qui accueille le Salon est un des plus anciens du Maroc. Il avait été construit au début du siècle dernier (vers 1920). Mais, bien avant son édification, les courses se déroulaient à la plage de la ville et près de l’oued d’Azemmour. Le cheval de race locale fait depuis toujours partie de la culture et des traditions de la région. Mais c’est avec l’installation d’un bataillon de cavalerie française à Tnine Chtouka que l’on a commencé à s’adonner à l’élevage de chevaux de course. Effet premier: la population s’intéresse aux techniques d’élevage des chevaux. A l’époque, les courses n’étaient pas encore codifiées et se déroulaient notamment entre éleveurs. La race qui était la plus répandue était le barbe, l’arabe-barbe et quelques pur-sang arabes. Le haras régional est également ancien, il a été construit en 1913. Par ailleurs, l’organisation annuelle du moussem de Moulay Abdallah Amghar montre combien la culture du cheval est présente chez les tribus de différentes régions qui viennent toujours en pèlerinage à ce moussem. Ce sont, à chaque fois, plus de 1.000 cavaliers, richement parés, sur des montures aux harnachements et selles scintillantes qui viennent faire preuve de leur dextérité et de leur bravoure. C’est la race arabe-barbe qui est la plus appréciée pour l’exercice de cet art ancestral, car il s’agit bel et bien d’un art. Appelé communément la tbourida ou fantasia, cette pratique du cheval en commun (ou en troupe) décrit en fait la manière dont les Marocains menaient leur razzia face aux envahisseurs venus de l’extérieur. Les autres races sont réservées pour les courses. Pendant les cinq jours que durera le Salon, les passionnés du cheval pourront découvrir, en plus de la fantasia, près d’une centaine de chevaux appartenant aux races les plus prestigieuses dont des pur-sang tels l’arabe ou l’anglo-arabe. Le public pourra aussi se rendre compte de la place qu’occupe le cheval, non seulement dans la culture marocaine, mais également dans la vie de tous les jours. Les espaces du Salon sont divisés en différents pôles. Le pôle des exposants sera dédié aux professionnels, celui des spectacles et des concours proposera différentes animations telles la voltige équestre ou encore la fauconnerie à cheval. La première édition du Salon du cheval d’El Jadida propose des animations, des démonstrations, des concours, des compétitions... mais aussi des espaces qui sont des vitrines de produits et services liés à l’activité équestre. Le noble animal sera donc mis en vedette durant 5 jours. Une association a été créée pour l’organisation du Salon dont l’objectif est d’abord de réussir cette première édition. Avant, bien sûr, de l’institutionnaliser et de la pérenniser.Mohamed RAMDANI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc