×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Casablanca: Ouverture d’un Centre doctoral en sciences humaines

    Par L'Economiste | Edition N°:2886 Le 22/10/2008 | Partager

    . Combler le déficit en professeurs à l’horizon 2012L’université Hassan II met en œuvre le nouveau «cahier de normes pédagogiques nationales du cycle de doctorat». Une dernière étape dans le processus de réforme du cursus de l’enseignement supérieur LMD (licence, master et doctorat). Désormais, la préparation d’un doctorat doit se faire au sein d’un centre d’études doctorales. Ainsi les lauréats du master désireux d’avoir une formation doctorale en sciences sociales et politiques doivent prendre contact avec le Centre marocain des sciences sociales (CM2S) domicilié à la faculté des lettres et des sciences humaines. Le Centre doctoral en sciences humaines «propose des formations de chercheurs dans les champs disciplinaires comme la sociologie, l’anthropologie, l’histoire et les sciences politiques mais aussi dans des disciplines connexes», affirme Mohamed Tozy, président du CM2S. Le centre propose une formation obligatoire en classe faite de séminaires spécialisés et de conférences de méthodes. Bien plus, son programme compte mettre les doctorants dans des situations de recherche en les impliquant dans des projets de recherches contractés par le CM2S. Il vise à «produire» des profils qui comblent le retard du pays dans le domaine de la recherche fondamentale en sciences sociales. Et ce par la formation de chercheurs aptes à produire une science aux standards internationaux. Ce n’est qu’avec ce type de chercheurs que les organismes privés et publics peuvent trouver une réponse à leur demande d’expertise dans des domaines divers liés à l’étude de l’homme et de la société», indique un membre du centre. Le grand objectif est de pouvoir combler le déficit incontournable en enseignants de sciences sociales suite au départ massif des enseignants en 2012.Tout candidat qui veut inscrire un projet de doctorat dans le Centre doctoral en sciences humaines doit avoir un master. Puisque le centre fait de l’interdisciplinarité, le cycle est ouvert aux étudiants des sciences sociales certes, mais aussi de l’économie et des lettres. Mais pour ces derniers, il faut une formation complémentaire en sciences sociales. Les postulants sont tenus de maîtriser les techniques d’investigation et d’enquête ainsi que l’usage de l’outil informatique. Une fois admis, le doctorant choisit un des axes de recherche ouverts. Le premier axe s’intéresse au devenir des villes. Il porte sur la gouvernance urbaine, les transformations sociales et culturelles dans les grandes métropoles. L’axe religieux est aussi présent. Les doctorants ont à s’intéresser au fait religieux dans sa dimension politique (mouvements fondamentalistes) et sociale (les formes de religiosité). Sont aussi concernées les recherches sur les processus électoraux et la démocratisation dans une perspective comparée. Les futurs doctorants sont amenés à travailler sur les processus de marginalisation et de précarisation en milieux urbain et périurbain. Nationalisme, classes moyennes, identités culturelles, la question de la mémoire, la mobilité sociale et les inégalités scolaires sont au centre d’intérêts du CM2S.Ali JAFRY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc