×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    CJD Marrakech lance son projet 2008/2009

    Par L'Economiste | Edition N°:2886 Le 22/10/2008 | Partager

    . Hicham Zoubairi, nouveau président C’EST dans une très bonne ambiance que s’est tenue le jeudi 16 octobre la première plénière de Hicham Zoubairi, nouveau patron du CJD section Marrakech, élu récemment pour une durée de deux ans non renouvelable. Le nouveau président a tenu à présenter son projet de section «apprendre et entreprendre» pour la saison 2008-2009 qui s’inscrit parfaitement dans la continuité des actions du CJD. L’objectif principal de notre section est de faire progresser le JDs «JD, du BON au TOP». Cela ne peut se réaliser qu’avec l’apprentissage des valeurs du CJD, de l’engagement et de la performance, a affirmé Zoubairi. Autre objectif: assurer le rayonnement du mouvement patronal. Environ une cinquantaine de jeunes dirigeants de la section de Marrakech, de France ainsi que les JDs des autres sections du Maroc ont pris part à cet événement. L’ambition de notre section est de porter le nombre des JDs à 30 en juillet 2009 et avoir 10 JDettes au minimum, a indiqué Zoubairi. Cette rencontre était aussi une occasion pour Driss Belkhayat, président sortant, de présenter un aperçu sur les réalisations de la section Marrakech pendant la durée de son mandat.A l’issue de cette plénière, une table ronde a été organisée sous le thème «Apprendre à apprendre». Il est plus important d’apprendre à apprendre que de maîtriser des prétendus. Apprendre à apprendre repose sur la volonté d’améliorer l’apprentissage de chaque individu en développant non seulement ses capacités d’acquisition, de connaissances, mais aussi et surtout en aidant à lever les blocages liés à l’apprentissage et en mobilisant la motivation à apprendre, indique-t-on. Pour Hicham Zoubairi, un dirigeant d’entreprise doit apprendre pour devenir encore plus performant. La culture d’apprendre doit être une condition sine qua none dans l’entreprise. «L’entrepreneur qui n’a pas cet aspect doit accepter d’être critiqué», explique-t-on. Plus la culture de l’entreprise est visible, plus l’entreprise a de sens. La culture se construit selon un processus d’apprentissage.De notre correspondante, H. H.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc