×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    «Nous sommes optimistes«
    Mohamed Horani, PDG de HPS

    Par L'Economiste | Edition N°:2432 Le 28/12/2006 | Partager

    . 15 nationalités différentes de souscripteurs!. Taux de satisfaction de 3,39%Présent dans 40 pays, ce fleuron de l’industrie informatique marocaine est devenu une référence dans son domaine. La PME casablancaise, HPS, est classée parmi les dix premiers fournisseurs de solution monétique dans le monde. Douze ans après sa création, l’entreprise franchit une étape cruciale de son développement. L’introduction en Bourse est un couronnement de cette success story. Mohamed Horani nous parle des enjeux de cet événement. . L’Economiste: Comment évaluez-vous l’opération d’introduction en Bourse de votre société? - Mohamed Horani: Un grand succès. C’est la reconnaissance publique de nos performances et nos exploits à l’international. Les actionnaires de HPS sont désormais plus de 6.000, dont plus de 300 institutionnels. Malgré la clôture anticipée de la souscription 3 jours avant la date officielle, le taux de satisfaction de la demande n’a été que de 3,39%. Pour un montant de 165 millions de DH, le marché a levé 4,8 milliards de DH. Tous les institutionnels, sans aucune exception, ont demandé le maximum permis, soit 10.000 actions au prix maximum de 850 DH. Je me réjouis également de compter 15 nationalités différentes de souscripteurs.Renforcer l’image de bonne gouvernance. Quel intérêt pour vous? - La décision stratégique prise par HPS pour entrer en Bourse répond à des objectifs clairs et ambitieux. Dans un premier temps, cette opération vise à institutionnaliser notre capital en associant investisseurs institutionnels et grand public. C’est aussi un moyen privilégié pour renforcer l’image de bonne gouvernance et la transparence de l’entreprise en se soumettant au jugement du marché. Sur un autre registre, le recours à la Bourse permet, d’une part, une liquidité des titres du capital de la société et par la même garantit sa pérennité. D’autre part, la cotation dans la place de Casablanca facilitera le recours à des financements externes grâce à un accès direct aux marchés financiers. Enfin, comme HPS puise sa richesse dans ses ressources humaines, l’introduction a permis de motiver et de fidéliser les collaborateurs de l’entreprise en leur permettant de détenir des parts dans le capital de la société.. Quel dessein vous imaginez pour l’évolution du titre?- Il est prématuré de se prononcer sur les scénarii d’évolution du titre. À la lumière de l’intérêt manifesté par les souscripteurs, nous sommes optimistes sur les perspectives de son évolution. Nous sommes également conscients que la confiance des souscripteurs exige de nous de tenir nos promesses de croissance et de consolider notre leadership aussi bien au niveau national qu’international. . Plus généralement, comment expliqueriez-vous l’engouement des sociétés de TIC pour la Bourse? - Cet engouement traduit, à mon avis, le niveau de maturité du secteur des technologies de l’information au Maroc. Il ne faut pas oublier que le Royaume est parmi les premiers pays du continent africain à avoir initié une politique de libéralisation du secteur des télécoms et des TIC en général depuis 1996. Dix ans après, cette vision volontariste a donné ses fruits. Au Maroc, de plus en plus de sociétés marocaines et de multinationales se positionnent sur le marché de l’offshoring et de la haute technologie. Plus intéressant encore, je crois que la signature récemment du contrat-progrès entre le gouvernement et l’Association des professionnels des TIC, l’Apebi, est un autre signal fort sur l’engagement du Royaume dans une nouvelle dynamique de croissance liée à ce secteur prometteur. Outre ce facteur de maturité, je crois que la Bourse est un moyen privilégié pour se soumettre au jugement du marché, et par la même occasion renforcer la bonne gouvernance et la transparence des entreprises de notre secteur.. Peut-on s’attendre à la même tendance l’année prochaine? - L’année 2006 a été marquée par l’entrée en Bourse de trois entreprises qui opèrent dans le domaine des TIC (Distrisoft, Involys et HPS) sur un total de dix introductions. Cette tendance continuera avec l’arrivée d’autres acteurs. Je suis persuadé que cette tendance va continuer puisque le secteur des TIC enregistre une croissance soutenue et les managers des entreprises high-tech sont conscients que la Bourse est un vecteur qui renforce leur compétitivité et leur notoriété. Enfin, l’accueil favorable du marché des sociétés technologiques ne peut qu’être encourageant pour franchir le pas. Propos recueillis par Saïd MABROUK

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc