×
+ L'ÉDITO
Par Khalid BELYAZID
Le 29/11/2021
Explications

A la moindre blessure, on coupe tout le membre pour éviter la gangrène; c’est la médecine du Moyen...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

Dossier El Jadida - Industrie: Une vocation qui se confirme

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:6115 Le 15/10/2021 | Partager
La présence de grands groupes a favorisé l’émergence de nouveaux écosystèmes
Après la chimie-parachimie, l’agroalimentaire, la métallurgie et l’automobile se positionnent
Les projets validés par le CRI en 2020 confirment cette dynamique

Depuis quelques années, l’industrie est devenue le véritable moteur de croissance au niveau de la province d’El Jadida. Actuellement, elle participe à hauteur de 20% dans les exportations nationales dans le secteur. Le plan de développement de la région a confirmé ce positionnement, en désignant ce territoire comme un pôle fonctionnel à forte vocation pour l’industrie de l’export.

jorlasfar-indutrie-015.jpg

La dynamique industrielle dans cette province est tirée notamment par la mobilisation du foncier, avec la mise en place de zones dédiées au niveau de Jorf Lasfar et de la ville d’El Jadida (voir page zones industrielles). Le port de Jorf Lasfar a également permis à cette province de territorialiser plusieurs métiers mondiaux, dans lesquels le Maroc détient un avantage compétitif.

Cela concerne notamment les secteurs de la chimie et parachimie, l’industrie mécanique et métallurgique, l’industrie automobile…. Cette dynamique s’est confirmée au cours de l’année dernière, en dépit des effets de la crise Covid-19.

Sur l’ensemble des nouveaux projets d’investissement validés par le CRI, «une prédominance du secteur de la chimie et parachimie, de la métallurgie et de l’énergie a été enregistrée». Ceci est expliqué par «la forte compétitivité du parc industriel Jorf Lasfar», est-il indiqué.

jorf-lasfar-015.jpg

Le port de Jorf Lasfar a permis à la province d’El Jadida de territorialiser plusieurs métiers mondiaux, dans lesquels le Maroc détient un avantage compétitif. Cela concerne notamment les secteurs de la chimie et parachimie, l’industrie mécanique et métallurgique, l’industrie automobile… (Ph. Bziouat)

l Chimie, métallurgie, mécanique…
Plusieurs entreprises implantées dans ces territoires assurent le dynamisme de ces filières. Par exemple, l’écosystème de la chimie parachimie autour du site de l’OCP a permis l’émergence d’une nouvelle génération d’entreprises dans ces filières. C’est le cas notamment de Ama détergents, qui commercialise la marque MIO. Ce groupe spécialisé dans la fabrication de produits d’hygiène et de produits chimiques, emploie plus de 1.200 personnes, avec un chiffre d’affaires de plus de 2 milliards de DH. Dans l’industrie métallurgique, le groupe Sonasid est l’un des opérateurs historiques au niveau de cette région. Depuis quelques années, un autre acteur de référence dans cette industrie est également implanté au niveau de cette province. Il s’agit du groupe RIVA, ayant lancé des programmes d’investissements, dont celui couvrant la période 2015-2020, avec un montant de plus de 2,6 milliards DH. Un 2e programme d’investissement a été signé avec le ministère de l’Industrie, couvrant la période 2021-2026. Ce groupe est actif dans le secteur de la métallurgie, présent sur différentes gammes de produits en acier. Pour le secteur automobile, Bontaz est l’un des acteurs de référence au niveau de cette province. Ce groupe est spécialisé dans la production de pièces d’injection, de gicleurs de refroidissement, de clapets…  avec des technologies de décolletage, de brasage, bobinage…

taqa-morocco-015.jpg

Le secteur énergétique est également une composante stratégique de ce territoire. En plus de la présence d’un opérateur de référence comme Taqa Morocco, le nouveau port énergétique projeté dans cette zone, considéré comme le plus grand terminal d’importation, de stockage et d’exportation de carburants au Maroc (Ph. Bziouat)

l Les classiques continuent de prospérer
L’agroalimentaire, le textile et cuir sont également des branches classiques au niveau de cette province, mais qui prospèrent également depuis quelques années, «bénéficiant des avantages de l’arrière-pays à fort potentiel agricole». La province d’El Jadida est connue par la présence d’opérateurs historiques dans le secteur de l’agro-industrie, à l’image de Centrale-Danone et de Nestlé. Autre filière historiquement présente dans la région: l’industrie pharmaceutique, notamment avec le groupe Pfizer et GenPharma, dont les activités se sont développées dans le sillage de la pandémie de la Covid-19. Surtout que GenPharma est également actif dans la production des masques de protection. Le groupe réalise également plus de 25% de son chiffre d’affaires à l’international, notamment avec une présence dans une vingtaine de pays d’Afrique et du Moyen Orient.
Le secteur énergétique est également une composante stratégique de ce territoire. «La production électrique thermique dans cette zone représente 50% de la production nationale». L’un des opérateurs de référence dans ce domaine reste Taqa Morocco, producteur privé d’électricité, présent au niveau de Jorf Lasfar via JLEC. Cette vocation sera renforcée avec le nouveau port énergétique projeté dans cette zone, considéré comme le plus grand terminal d’importation, de stockage et d’exportation de carburants au Maroc.

                                                        

Une activité qui a bravé la crise

radeej-015.jpg

En dépit du contexte difficile lié à la pandémie de la Covid-19, l’activité économique au niveau de la province d’El Jadida a fait preuve de résilience. Certes, un ralentissement a été ressenti au niveau de la dynamique des investissements. Mais les opérateurs économiques en place ont pu résister à la conjoncture morose. «Durant la pandémie, seuls 2 à 3% des usines ont arrêté leurs activités», fait-on savoir. Depuis quelques mois, 80% des secteurs implantés dans cette province ont retrouvé le même rythme d’avant la crise.

M.A.M.

 

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite