×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Casablanca sous les eaux: Qui rendra des comptes?

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5921 Le 07/01/2021 | Partager
Moyens humains et matériels insuffisants par rapport à l’ampleur du territoire
Des millions de DH investis dans les systèmes anti-inondations
Pour un résultat aussi décevant!

Retour à la case départ! Les Casablancais ont vécu une nuit cauchemardesque du  mardi au mercredi 6 janvier. Des quartiers entiers sous l’eau, rappelant les pires inondations qu’a connues la ville, notamment en 2010.

inondations-casa-021.jpg

Plusieurs quartiers Casablancais ont vécu une nuit blanche à cause des intempéries dans la nuit du mardi au mercredi 6 janvier. La Direction générale de la météorologie prévoit des averses orageuses jusqu’au vendredi 8 janvier dans plusieurs provinces du Royaume, dont Casablanca classée niveau orange (50 à 70mm en 24 heures) (Ph. Jarfi)

Pourtant, en une décennie, des millions de DH ont été investis dans des infrastructures afin d’éviter pareil scénario: du Super-Collecteur Ouest aux galeries de stockage des eaux pluviales en passant par les différents systèmes anti-inondations…

Visiblement dépassées, les équipes du délégataire de la distribution et de l’assainissement (Lydec), n’ont pas brillé par leurs performances. Les moyens humains et matériels déployés n’ont pas donné les effets escomptés. Quelque 358 agents et 233 unités mobiles ne peuvent couvrir un vaste territoire allant de Médiouna à Hay Hassani, en passant par Tit Mellil, Ahl Loghlam, Dar Bouazza, Bouskoura, Hay Sadri, Moulay Rachid, Aïn Chock … Même le centre-ville n’a pas été épargné. Des vidéos ont d’ailleurs circulé sur les réseaux sociaux montrant la trémie Zerktouni complètement inondée.

De surcroît, la plateforme du tramway (pourtant surélevée) a été submergée durant la nuit par les eaux sur plusieurs tronçons. Heureusement, le service a été repris normalement dans la matinée du mercredi 6 janvier. «L’inondation a eu lieu en fin de service, donc le trafic n’a pas été impacté», souligne une source auprès de la SDL Casa-Transports, qui est en train d’évaluer les dégâts.

Lydec évoque une pluviométrie exceptionnelle allant jusqu’à 33,7 mm entre 16h et 22h mardi 5 janvier, avec un pic de 53 mm. «Ce pic conjugué à l’effet de la marée haute (jusqu’à 1h du matin) a retardé l’évacuation des eaux pluviales», explique Saâd Azzaoui, Directeur de la maîtrise d’ouvrage chez Lydec. Pourtant, une centaine de bassins d’orages sont éparpillés sur le territoire Casablancais, dont 3 ou 4 de grande envergure. Ils permettent de capter les eaux de pluies durant le pic de précipitations avant de les réinjecter plus tard dans le réseau d’assainissement.

Deux nouveaux ouvrages de prévention des inondations seront opérationnels fin 2021. Il s’agit de celui de hay Sadri (128 millions de DH) et de la RN1 au niveau de Lisassfa (313 millions de DH) qui sont toujours en chantier.
Plus d’une vingtaine de points sensibles sont recensés par le délégataire. Parmi lequels figurent notamment la place des Nations-Unies, Lisassfa, Bernoussi, Hay Sadri … Mais les plus importants sont situés au niveau des pénétrantes de Casablanca.

inondations-casa2-021.jpg

Le cœur battant de la ville (place des Nations-Unies, bd Mohammed V le long de la ligne de tramway, Marina, Casa-Port…) figure aussi parmi les sites menacés en cas d’intempéries. Heureusement, un ouvrage de collecte des eaux pluviales est entré en service en novembre 2020 protégeant le tronçon allant de Bd Houphoueït Boigny jusqu’à la Marina. «Ce collecteur, dont le coût s’élève à 90 millions de DH, a permis d’éviter les inondations notamment  au niveau du boulevard Mohammed V et de la place des Nations-Unies», selon Azzaoui.

Particulièrement vulnérable durant la saison des intempéries, la ville de Casablanca est, rappelons-le, construite sur le lit d’une rivière. L’ouvrage de protection contre les crues de l’Oued Bouskoura, livré en 2018, a-t-il joué son rôle en déviant les eaux vers la mer? Ce super-collecteur, dont  l’investissement s’élève à 900 millions de DH, est censé protéger la zone ouest. Les crues de l’oued qui arrivent de Berrechid via Bouskoura jusqu’à la mer (au niveau du port de Casablanca) occasionnent des dégâts importants sur sa trajectoire (Office des changes, siège OCP, route d’El Jadida, bd Roudani…).

                                                                    

Lydec interpellée!

La Commune de Casablanca a décidé de réunir, dès ce vendredi 8 janvier, la Commission des Equipements publics, du Patrimoine et des Services (présidée par l’élu RNI Ahmed Benboujida), en présence des représentants de Lydec. A l’ordre du jour: l’évaluation de la situation et l’examen du respect de ses engagements par le délégataire de l’assainissement. Abdelaziz Omari, président du conseil de la ville, a d’ores et déjà adressé un courrier à Lydec lui enjoignant de lui adresser sous les plus brefs délais «un rapport circonstancié sur les événements et également sur les mesures prises, aux fins d’établir les responsabilités et de prendre les décisions qui s’imposent suite à l’évaluation qui sera effectuée par la commission permanente chargée du contrôle avec qui de droit ».  Le délégataire de la distribution d’eau, de l’électricité, de l’assainissement et de l’éclairage s’est déjà attiré les foudres des Casablancais à plusieurs reprises. A commencer par les factures exorbitantes adressées à des milliers de ménages en période de confinement (cf. édition du 16 juin 2020). Sans oublier l’épisode de méga-panne d’électricité qu’a connue Casablanca durant l’été (le 8 juillet 2020). Ce qui lui a d’ailleurs valu un avertissement adressé par le conseil de la ville le 10 septembre 2020.

Aziza EL AFFAS

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc