×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Covid-19: Aït Taleb renforce le dispositif de dépistage

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5823 Le 13/08/2020 | Partager
Pour faire face à la flambée, le ministre de la Santé mobilise des centres de santé de référence
Médecins, pharmaciens et laboratoires du privé appelés à la rescousse
khalid-ait-taleb-023.jpg

Khalid Aït Taleb a annoncé, mardi dernier, la mobilisation des centres de santé de référence dans les différents quartiers pour accueillir les cas suspects de la Covid-19 (Ph. L’Economiste)

Alors que le Maroc vit actuellement une recrudescence des cas au quotidien, due à plusieurs variantes dont principalement le maintien de l’Aïd et le non respect des mesures sanitaires, Khalid Aït Taleb qui est resté silencieux a fait une sorte de mea culpa. C’était mardi dernier lors d’un webinaire organisé par la Société marocaine des sciences médicales (SMSM), sous le thème «Situation épidémiologique Covid-19 préoccupante: La riposte».

Le ministre de la Santé a noté que «des centres de santé de référence seront mis à disposition dans les différents quartiers pour accueillir les cas suspects de la Covid-19». Orientés auparavant vers les centres de traitement Covid (CHU, hôpitaux…etc) aujourd’hui submergés par les cas actifs, ces derniers seront reçus dans des centres de santé de référence. Et ce, sous prescription de médecins des secteurs privé, public et autres, ou par des pharmacies situées au niveau de chaque quartier.

Une proximité qui alerte sur la flambée des cas et la difficulté de maîtriser un virus dévastateur. «Le déploiement de ces centres vise notamment à augmenter le nombre des espaces de dépistage pour une prise en charge urgente des patients», tempère Aït Taleb, ajoutant que «les cas asymptomatiques qui ne souffrent pas d’une maladie chronique et ne présentant aucun risque pour leur entourage peuvent être traités à leur domicile et ce, en coordination avec les représentants de l’administration territoriale».

Mais peut-on être rassuré que ces cas respecteraient le protocole de traitement et notamment l’isolement à domicile? Pas sûr. Ceci étant, le ministre de la Santé affirme que «ces cas effectueront les tests nécessaires, à savoir notamment un cardiogramme, et recevront les médicaments tout en leur assurant un contrôle médical continu».

S’agissant des cas ne pouvant pas être soignés à domicile, Aït Taleb précise «qu’ils seront pris en charge au niveau des différents centres de santé». Toutefois, le responsable gouvernemental ne nie pas que «la situation épidémiologique actuelle suscite une sorte de peur légitime et soulève de nombreux questionnements sur les raisons ayant conduit à cette augmentation du nombre de cas contaminés, de décès et de cas critiques dans les services de réanimation».

Et de poursuivre que «la hausse du nombre de cas a été attendue après la levée du confinement sanitaire et l’augmentation du nombre de tests de dépistage». Mais combien de tests sont effectués et pourquoi certaines villes connaissent une certaine pénurie en termes de dépistage? La question reste posée.

L’on sait toutefois que des laboratoires privés viennent d’être autorisés à effectuer les tests PCR facturés à 600DH. Pour la seule journée du mardi 11 août 2020, plus de la moitié des prélèvements effectués par deux laboratoires à Fès étaient «positifs».

En tous cas, le ministre de la Santé appelle l’ensemble des citoyens à rester vigilants pour faire face à la propagation de la pandémie et pour éviter de dépasser les capacités du système de soins.

                                                                        

Responsabiliser la population, c’est essentiel

population-responsbilisation-2023.jpg

Pour le Dr Allal Amraoui, chirurgien et parlementaire PI, «il faut contenir les flambées, tester, isoler et traiter les patients, rechercher et mettre en quarantaine leurs contacts, mais aussi informer, en pressant les populations de continuer, elles, à respecter les gestes barrières (distances physiques, port du masque, hygiène...) pour rompre les chaînes de transmission du nouveau coronavirus». L’ancien directeur régional de la santé Fès-Meknès est persuadé «qu’il n’y a pas d’autres possibilités que de croire en la capacité de responsabilisation de la population aussi bien pour soi que pour protéger les autres, l’avenir de l’épidémie à court terme est en grande partie entre les mains des citoyens». Le dépistage à large échelle reste un enjeu important. «N’oublions pas que nous faisons face, réalisons le, au plus grand défi sanitaire de notre époque», conclut Dr Amraoui. 

Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    mar[email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc