×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Africa 50 pose ses premiers actes dans l’énergie

    Par Franck FAGNON | Edition N°:5351 Le 17/09/2018 | Partager
    Des investissements en Egypte, au Nigéria et au Sénégal
    Plus de 850 millions de dollars levés dont 120 millions par le Maroc
    Le Fonds inaugure officiellement son siège à Casablanca
    energie-renouvlable-051.jpg

    Le fonds Africa 50 qui vient d’inaugurer ses bureaux à Casablanca a effectué ses premiers investissements dans le secteur de l’Energie dans trois pays. Il vise aussi des transactions dans le transport et les technologies de l’information et de la communication (Ph. L’Economiste)

    En attendant le développement de la Cité financière à Anfa, Africa 50 a installé ses quartiers généraux à la Marina à Casablanca. L’inauguration a réuni les équipes du fonds d’infrastructures dirigé par Alain Ebobissé, Othman El Ferdaous, secrétaire d’Etat chargé de l’Investissement, Salaheddine Mezouar, président de la CGEM et de nombreux chefs d’entreprise.

    Avec une taille cible (à moyen terme) de 1 milliard de dollars, le fonds veut mobiliser les capitaux privés pour accélérer le développement des infrastructures sur le continent. Le déficit annuel de financement est estimé à 108 milliards de dollars. Africa 50 compte sur un effet de levier important pour réduire le déficit. Jusqu’ici, il a levé plus de 850 millions de dollars auprès de 30 actionnaires dont 27 pays. Les engagements du Maroc (le Trésor et Bank Al-Maghrib) s’élèvent à 120 millions de dollars.

    Les premiers investissements du fonds ont été réalisés dans le secteur de l’Energie au Nigéria, en Egypte et au Sénégal. Il a pris des participations dans la construction de centrales photovoltaïques dans les deux premiers pays et dans une centrale thermoélectrique au Sénégal.

    Le fonds va aussi collaborer avec la Green Climate Fund et la Banque africaine de développement sur le programme «Desert to Power» dont l’objectif est de produire 10.000 mégawatt d’énergie solaire pour fournir de l’électricité à 250 millions de personnes.  

    Africa 50 vise des investissements dans l’énergie (production, transport, distribution), le transport (aéroport, port routes…), les TIC sur des projets d’une taille de plus de 100 millions de dollars. Des projets d’investissement au Maroc sont dans le pipe a laissé entendre Alain Ebobissé, directeur général de Africa 50. Au-delà du financement des infrastructures, le fonds a également vocation à apporter un accompagnement en amont pour développer des projets bancables.

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc