×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Après un revers à l’ONU: Le gouvernement israélien s’emballe

    Par Reda BENOMAR | Edition N°:4926 Le 28/12/2016 | Partager
    Des représailles contre le Sénégal et la Nouvelle-Zélande
    Rappel des ambassadeurs des pays anti-colonies
    netanyahou_026.jpg

    L'adoption «historique» de la résolution onusienne a provoqué l'ire de Netanyahu (Ph. AFP)

    Israël a affirmé mardi qu'il «réduisait» ses relations avec des pays ayant voté pour la résolution 2334 de l'ONU, contre la colonisation dans les territoires palestiniens occupés.
    Réfutant des informations selon lesquelles les relations avec ces pays avaient été suspendues, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Emmanuel Nahshon, a déclaré qu'Israël avait «temporairement réduit» visites et travaux avec des ambassades. Le vote de ce texte par 14 Etats membres du Conseil de sécurité des Nations unies a été rendu possible en raison de l’abstention des États-Unis. La résolution 2334 exhorte Israël à «cesser immédiatement et complètement toute activité de colonisation en territoire palestinien occupé, dont Jérusalem-Est» et affirme que les colonies «n'ont pas de valeur juridique».
    Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui officie également comme ministre des Affaires étrangères, a demandé aux responsables de réduire pour l'heure autant que possible leurs déplacements dans les pays ayant voté la résolution.
    Le texte, initialement proposé par l'Egypte et qui devait être voté jeudi, avait finalement été présenté au vote le lendemain à l'initiative de la Nouvelle-Zélande, du Sénégal, de la Malaisie et du Venezuela, après une volte-face du Caire. Israël n'entretient pas de relations diplomatiques avec la Malaisie et le Venezuela.
    Netanyahou a annoncé le rappel «immédiat» de ses ambassadeurs en Nouvelle-Zélande et au Sénégal «pour consultations». Il a également décidé d'annuler la visite du ministre sénégalais des Affaires étrangères, prévue en janvier, ordonné l'annulation de tous les programmes d'aide au Sénégal, et l'annulation des visites en Israël des ambassadeurs non résidents du Sénégal et de Nouvelle-Zélande. Des réactions atypiques et pas très diplomatiques. Le Sénégal a rappelé sa tolérance et celle de l’Islam pratiqué dans le pays ainsi que la présence d’une ambassade d’Israël sur son sol mais a indiqué qu’il ne tolérerait aucune humiliation.
    Des représentants de 10 des 14 pays membres du Conseil de sécurité ayant voté pour le texte, ainsi que l'ambassadeur des Etats-Unis, qui se sont abstenus, ont été convoqués dimanche au ministère israélien des Affaires étrangères. Il se raconte également que Netanyahu a annulé une réunion avec la Première ministre britannique Theresa May au Forum économique mondial de Davos, en janvier.
    Le vote de la résolution, permis par l'abstention des Etats-Unis, a suscité de violentes réactions dans la classe politique israélienne. Netanyahu est même allé jusqu'à  accuser l'administration américaine d'avoir fait «un coup anti-israélien honteux aux Nations unies». Israël espère que le gouvernement Trump pourra l’aider à contre-attaquer. Le président américain élu vient de nommer un pro-Israël indéfectible au poste d’ambassadeur.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc