×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Matières premières: Pétrole et métaux de base, les vedettes de 2016

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:4926 Le 28/12/2016 | Partager
    Ils sont stimulés par l'accord de l'Opep et l'élection de Trump
    L'or perd de son éclat avec la hausse des taux et du dollar
    bonne_performance_026.jpg

    Les marchés des matières premières terminent l'année en beauté. Avec le raffermissement de la demande et la contraction de l’offre, les prix de la plupart des produits de base devraient connaître une certaine embellie en 2017. Au final, ce sont les matières premières agricoles (maïs, blé, le riz et le cacao) qui ont enregistré des baisses en 2016

    La plupart des marchés des matières premières terminent l’année sur une tendance haussière. Elles semblent avoir regagné l'intérêt des investisseurs. Après avoir chuté de 17% en 2014 puis de 25% encore en 2015, l'indice Bloomberg des matières premières «total return» affiche un rebond de près de 10% (voir aussi Les Echos France daté du 26 décembre 2016). Ce sont les cours du pétrole qui ont occupé le devant de la scène. L’accord de l’Opep y est pour quelque chose. Son but était de réduire leur production et rééquilibrer le marché. L’appui de plusieurs grands producteurs non membres (la Russie en tête) a fait progresser les cours de l’or noir de près de 50%. Dans l’édition du Commodities Markets Outlook du mois d’octobre, la Banque mondiale avait revu à la hausse ses prévisions pour les cours du pétrole en 2017. Elle table désormais sur un prix de 55 dollars le baril de brut contre 53 dollars auparavant. Les prix de l’énergie, incluant le pétrole, le gaz naturel et le charbon, devraient bondir de pratiquement 25% au cours des 12 prochains mois. C’est une hausse supérieure aux prévisions de juillet dernier.
    Avec le raffermissement de la demande et la contraction de l’offre, les prix de la plupart des produits de base devraient connaître une certaine embellie en 2017.
    Les cours des métaux et des minéraux devraient ainsi gagner 4,1% l’an prochain, en hausse de 0,5 point par rapport aux prévisions précédentes, du fait des tensions sur l’offre. Les prix du zinc devraient flamber de plus de 20%, attisés par la fermeture de plusieurs grands sites miniers et des réductions de production les années précédentes. En 2016, cuivre, zinc, étain, nickel, plomb et aluminium, les six métaux cotés sur le London Metal Exchange (LME) ont gagné entre 14% et plus de 60%.
    En revanche, les cours de l’or sont en baisse. Depuis la victoire de Donald Trump, il a chuté de plus de 10%. «La hausse attendue des taux d’intérêt et l’effritement du rôle de l’or comme valeur refuge amènent à tabler sur un léger fléchissement des cours du métal jaune en 2017, à 1.219 dollars l’once», selon les experts de la Banque mondiale.  
    Les matières premières agricoles (maïs, blé, le riz et le cacao) ont enregistré aussi des chutes cette année. Les prix mondiaux de l'ingrédient phare du chocolat, tout autant que ceux des céréales «sont sous pression», relève le journal français. Et pour cause, «des récoltes ou des perspectives de récolte particulièrement bonnes, alors que les stocks sont déjà bien remplis».
    Pour l’année prochaine, les prix des produits agricoles devraient progresser de 1,4%, soit un peu moins qu’anticipé en juillet. Puisque le renchérissement des denrées alimentaires sera plus progressif que prévu (1,5%) avec un recul supérieur des prix des boissons (0,6%). Les observateurs s’attendant à une bonne récolte de café. Aussi, la hausse des prix des céréales l’an prochain devrait être plus forte qu’attendu, à 2,9%, tandis que les cours des huiles et des farines d’oléagineux progressent moins vite que prévu, à 2%.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc