×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1245 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1249 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Analyse

Omra: Panique chez les voyagistes

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:4891 Le 04/11/2016 | Partager
Les frais de visa désormais fixés autour de 5.500 DH
Le manque à gagner estimé à 300 millions de DH uniquement pour Casablanca-Settat
Pour atténuer l’impact, les professionnels veulent renégocier les tarifs des hôtels
omra_voyagistes_091.jpg

La nouvelle grille comporte différents tarifs en fonction de la durée du séjour

La décision de l’Arabie Saoudite de rendre payants les frais de visa pour la Omra a eu l’effet d’une douche froide. Le montant du visa à entrée unique a été fixé à 2.000 riyals (entre 5.000 DH et 5.500 DH selon le taux de change). Le nouveau tarif s’applique aux pèlerins qui désirent effectuer la Omra plus d’une fois dans un délai de trois ans.
La nouvelle grille comporte différents tarifs en fonction de la durée du séjour. Cela va de 7.800 DH pour un séjour de six mois à 20.800 DH pour deux années. Les personnes qui se rendent pour la première fois en Arabie Saoudite pour accomplir ce rituel ne sont pas concernées par ce changement. Elles bénéficient de la gratuité.
Décidé lors du conseil des ministres saoudien du 8 août dernier, la hausse est entrée en vigueur début octobre.
Le réaménagement des frais consulaires par le gouvernement saoudien s’inscrit dans une politique d’austérité, marquée par la hausse de certains impôts et taxes, la réduction des salaires de certains fonctionnaires et du train de vie de l’Etat qui fait face à une dégradation historique de ses agrégats économiques à cause de la chute des cours du pétrole.
Les Marocains qui souhaitent effectuer la Omra deux fois par an devront s’acquitter, en plus des frais de voyages, de séjour, etc., d’un surcoût de plus de 5.500 DH. Ce qui risque de dissuader bon nombre d’entre eux. D’où la panique des agences de voyages qui voient dans cette hausse une menace pour leurs activités. D’autant que le tourisme religieux constitue entre 30 et 80% du chiffre d’affaires des voyagistes. C’est la raison pour laquelle l’Agence régionale des agences de voyage de Casablanca-Settat a réalisé une étude pour évaluer l’impact de l’augmentation des frais de visa sur la profession.
Sur 60 agences, 41 ont répondu.
Ainsi, 100% des participants à l’enquête ont déclaré que la mesure va affecter l’ensemble des voyagistes car le nombre de pèlerins risque de baisser. Les agences de voyages s’attendent à une baisse moyenne de 40% de la clientèle pour la Omra. C’est essentiellement le segment du pack social, le plus demandé, qui risque d’être touché.
Pour atténuer l’impact de la hausse des frais de visa, les voyagistes proposent de renégocier les tarifs avec les hôteliers saoudiens. D’autres suggèrent aux pouvoirs publics marocains de demander des conditions spéciales pour les pèlerins nationaux ou de ramener la durée de rétroactivité à 1 an au lieu de 3. Sauf que la marge de manœuvre reste limitée d’autant que les Saoudiens considèrent la décision comme relevant de la souveraineté du pays. Les personnes qui effectuent la Omra une fois par an constituent 80% de la clientèle de certaines agences de voyages. Et dans la majorité des cas, elles optent pour le produit économique.
Contrairement au Haj, les tarifs de la Omra sont libres. Le relèvement des frais de visa ne laisse pas une grande marge pour les professionnels pour augmenter leurs tarifs. Au cours de l’année, c’est le mois de ramadan qui enregistre le plus grand engouement car la Omra pendant ce mois est considérée comme le petit pèlerinage par les musulmans. Du coup, les tarifs s’envolent et peuvent aller du simple au double. Ainsi, le tarif moyen pour produit social pour ramadan varie autour de 21.533 DH. Le reste de l’année, il baisse à 12.671 DH. Le pack premium s’élève à 65.899 DH contre 35.000 DH en moyenne le reste de l’année. Après le tourisme réceptif, le tourisme religieux est dans de mauvais draps.

Un business d’environ 1,8 milliard de DH

L’année dernière (1437 du calendrier de l’hégire), 78.000 Marocains ont effectué la Omra, dont 31.400 pour la région Casablanca-Settat. Ce qui représente un chiffre d’affaires de 750 millions de dirhams, dont 415,3 millions de dirhams réalisés pendant la période de ramadan. Soit un chiffre d’affaires de 24.046 dirhams par pèlerin. Au niveau national, le business de la Omra est estimé à environ 1,8 milliard de dirhams. Les voyagistes de la région Casablanca-Settat s’attendent à une perte sèche d’environ 300 millions de dirhams.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc