Affaires

Veille stratégique
Digimind renforce sa présence au Maroc

Par L'Economiste | Edition N°:2509 Le 19/04/2007 | Partager

. La société grenobloise dispose d’un bureau à Rabat. Le Maroc, un marché porteur. Maroc Télécom et CDG, les premiers clientsRester à l’écoute du marché, anticiper et gagner en réactivité. C’est autour de ce triple objectif que Digimind, spécialiste grenoblois des plates-formes de veille, construit son offre. Celle-ci consiste en des plates-formes logicielles qui viennent répondre aux besoins de veille stratégique dans différents secteurs d’activité. «C’est un outil de recherche sur mesure», explique le directeur commercial (région Mena), Mehdi Alaoui Mdaghri. Ces plates-formes logicielles, ajoute-t-il, répondent aussi bien aux besoins d’un veilleur isolé qu’à une entreprise qui souhaite rester à l’écoute de son environnement. En effet, la mise en place d’un dispositif de veille stratégique permet d’observer, recueillir, analyser et diffuser l’information directement utilisable par le décideur. «Disposer de l’information nécessaire au moment opportun permet de maîtriser son environnement et, partant, augmenter sa compétitivité», rappelle Patrice François, directeur associé. Cette approche, ajoute-t-il, séduit les grands comptes, mais également un nombre croissant de PME innovantes qui souhaitent maîtriser en interne leurs dispositifs de veille et en faire un avantage compétitif de premier plan. La start up grenobloise, créée il y a une dizaine d’années, commercialisait, dès 1999, un métamoteur orienté entreprise, une sorte de logiciel de veille concurrentielle et stratégique. Celui-ci lançait ses recherches dans ce que les professionnels appellent le «web invisible» ou «web profond» à partir de plusieurs milliers de bases gratuites non référencées ni indexées par les moteurs classiques. En mars 2006, l’entreprise qui mise sur la R&D pour rester compétitive (45% du CA sont réinvestis en R&D), lance un nouveau métamoteur, serveur de recherche en temps réel en ligne et par abonnement. Il permet de se constituer un outil de recherche sur mesure qui, outre le fait d’utiliser les moteurs «classiques», permet d’ajouter ou de connecter très facilement ses propres moteurs spécialisés ou sectoriels. «Ce sont 100.000 sources qui sont ainsi surveillées par jour. Ce qui permet des alertes pertinentes», indique Mdaghri.La société, qui étend son activité en dehors du territoire français, compte parmi ses clients de grands noms dans différents secteurs d’activité. Parmi eux, EADS, Veolia, Roche, Dassault, Alstom, Sanofi-Pasteur... Au Maroc, où il est installé depuis un an, l’éditeur de logiciels compte déjà dans son portefeuille de grosses pointures comme la CDG (Caisse de dépôt et de gestion) et Maroc Télecom. Ce dernier, se réjouit Patrice François, vient d’ailleurs de reconduire son contrat pour trois ans. Par ailleurs, la start up accompagne, dans sa 2e phase, le centre marocain de veille stratégique. Un projet sur lequel l’éditeur de logiciels grenoblois fonde de gros espoirs pour toucher les PME. Le coût de la mise en place d’un dispositif de veille peut paraître élevé pour une PME. Il faut débourser entre 600.000 à 1 million de DH pour disposer d’une telle solution. Digimind assure néanmoins que le retour sur investissement est garanti.


Un Marocain derrière l’algorithme

C’EST un jeune Marocain, Mohamed El Haddar, ancien primé dans les Olympiades internationales des mathématiques, qui est derrière l’algorithme puissant que l’éditeur de logiciels grenoblois intègre dans ses plates-formes électroniques. «Cet algorithme permet une recherche rapide et pertinente, quelle que soit la langue ou le format du fichier», souligne Patrice François.Pour sa filiale marocaine, Digimind emploie une équipe de 10 personnes de haut niveau, parmi eux des ingénieurs informatique lauréats des écoles marocaines.Khadija EL HASSANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc