Politique

Unités territoriales
Benmoussa explique le découpage

Par L'Economiste | Edition N°:2695 Le 18/01/2008 | Partager

. Un plan quinquennal de mise à niveau bientôt. Pas question d’abandonner les caïdats. Les conseils des communes seront revusLES unités territoriales seront entièrement revues. C’est ce qu’a annoncé le ministre de l’Intérieur, Chakib Benmoussa, mercredi 16 janvier. Selon lui, parallèlement au découpage communal qui sera finalisé avant l’été 2008, un plan quinquennal 2008-2012 pour la mise à niveau des unités de l’administration territoriale sera aussi élaboré. Par ailleurs, de nouvelles unités seront créées selon des normes précises. Dans le nouveau plan, pas question d’abandonner les caïdats. Ces derniers sont considérés comme des «unités de base d’encadrement territoriale, compte tenu de leurs spécificités en termes de proximité», précise Benmoussa. Toutefois, le nombre de communes couvertes par les caïdats sera revu à la baisse, dans le cadre du découpage communal. En principe, un caïdat couvre 3 communes. Mais en pratique beaucoup plus.Ces mesures ont principalement pour objectif de traduire le nouveau concept «royal» de l’autorité, estime le ministre. Basé sur la politique de proximité, l’amélioration des prestations de service, ainsi que sur la protection de l’intérêt public et des libertés individuelles. Concernant le découpage communal, Benmoussa a assuré qu’il se fera selon une approche participative, impliquant walis, gouverneurs, élus et acteurs locaux. Les propositions seront examinées, dans le cadre d’un projet intégré, avant qu’elles ne soient soumises à une commission nationale, composée d’acteurs politiques et économiques, ainsi que d’experts. Le projet de découpage ne sera finalement adopté que suite à un décret, conformément à la législation en vigueur.S’agissant des critères spatiaux du découpage, Benmoussa a relevé que la délimitation de l’espace territorial des communes tiendra compte de la complémentarité entre les espaces ruraux et urbains, et entre les milieux urbains et leurs périphéries. Ainsi que des nouvelles zones urbanistiques.Chaque espace territorial communal devra contenir un seuil minimum de potentialités humaines, naturelles, économiques et urbanistiques exploitables.Côté découpage électoral, le ministre a précisé qu’il sera procédé à la révision du nombre des membres des conseils des communes urbaines et rurales qui ont connu une importante évolution démographique, soit à la hausse soit à la baisse. Ceci en prenant en considération les résultats du Recensement général de la population et de l’habitat de 2004 et conformément aux dispositions du code électoral. Le Maroc est découpé en unités administratives réparties en 516 caïdats, 467 annexes administratives, 199 pachaliks et 258 cercles. Le ratio national d’encadrement de la population est d’un annexe pour 41.000 habitants en milieu urbain. Il est d’un caïdat pour 24.000 habitants en milieu rural.Le découpage communal de 1992 a été une révision radicale du premier découpage réalisé dans le Royaume en 1959. Après cette révision, les communes urbaines sont passées de 99 à 249. Les communes rurales, quant à elles, sont passées de 760 à 1.298.Ahlam NAZIH.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc