Entreprises

Somathes opère une profonde restructuration

Par L'Economiste | Edition N°:3493 Le 24/03/2011 | Partager
Recapitalisation, réorganisation managériale, politique commerciale…
La filiale thé d'Holmarcom détient 15% du marché
Un chiffre d'affaires de 220 millions de DH en 2010

La Société marocaine de thé et sucre (Somathes), filiale de Holmarcom, est en pleine restructuration. L'entreprise a procédé à une réorganisation et du management et de sa politique commerciale et marketing (Ph. Somathes)

Bon cru pour Somathes. La Société marocaine de thé et sucre, filiale de Holmarcom, a réalisé un chiffre d'affaires de 220 millions de DH en 2010. Soit une évolution de 50% par rapport à l’exercice 2009 (145 millions de DH). Un chiffre record que l'ex-ONTS réalisait il y a 10 ans (avant sa privatisation). C'est dire que la filiale thé a pu dépasser la phase d'instabilité sociale de 2009 et renoue avec la compétitivité et la rentabilité.
Holmarcom vient de recapitaliser la filiale. Une décision qui intervient dans un contexte où "la situation nette de Somathes avait atteint un niveau inférieur au quart de son capital social. Du coup, l’assemblée générale extraordinaire a décidé d’effectuer une opération accordéon à travers la réduction du capital d’un montant de 55 millions de DH, suivie de l’augmentation immédiate du même montant", annonce le top management. Cette opération a permis la reconstitution des capitaux propres à un niveau supérieur au quart du capital via l'absorption d’une partie du report à nouveau négatif. Holmarcom a également procédé à une réorganisation et restructuration du management, de la politique commerciale et marketing de Somathes. Ainsi, la filiale agro-industrielle a mis en place un nouvel organigramme et a déployé un nouveau staff managérial. Une réorganisation qui lui a permis, d'une part, de renforcer sa présence à l'échelle nationale et d'équilibrer son résultat et assainir sa trésorerie de l’autre.
Forte de cette réorganisation, Somathes vient d’introduire une nouvelle activité d'importation et de distribution de biscuits et confiseries (sous l’appellation Tiffany). Une marque à travers laquelle la filiale compte se positionner sur la biscuiterie-jus via la mise sur le marché de nouveaux produits et une meilleure pénétration du marché local. Conformément à son plan de développement, Somathes est en phase de redynamiser sa stratégie commerciale et marketing. "La nouvelle politique nous permettra de faire évoluer notre part de marché aussi bien sur le marché du thé que sur celui des biscuits et confiseries", annonce le management. Somathes, notons-le, détient jusqu'à présent 15% de part de marché du thé à l'échelle nationale (Souiri, Caravane et Chaâra…). Elle a bouclé l'année 2010 avec une hausse de 26,3% de son chiffre d'affaires en thé.
L'entreprise compte un effectif de 200 personnes avec un taux d'encadrement de 10%. Depuis sa privatisation, le repreneur de l’ex-ONTS avait hérité d’un effectif pléthorique: exactement 348 salariés. Aujourd'hui, "la situation sociale est totalement stabilisée avec des effectifs en phase avec le niveau de l’activité économique de l’entreprise", précise-t-on auprès de Somathes. La situation difficile à laquelle était confrontée Somathes s’expliquait par la réalité opérationnelle de ses activités avec une place sur le marché qui ne lui permettait plus de rentabiliser une structure dont la masse salariale absorbait 42% du chiffre d'affaires. Pis encore, l’unité de production ne tournait qu’à 25% de sa capacité! Dans ce contexte peu favorable, la survie de la société ne pouvait passer que par la mise en place d’une structure moins lourde, à travers un plan d’allégement des effectifs mené fin 2009. Une opération qui a permis à l'entreprise de résister à la concurrence et de renouer avec la compétitivité et la rentabilité tout en conservant le maximum d’emplois possible.

 

Pour la petite histoire…


L’ex-ONTS a été cédé en 2006. Le repreneur, le groupe Holmarcom a pu racheter l’entreprise face à des candidats comme le groupe Ynna Holding, Savola ou encore Cosumar. Mais depuis le rachat, le chiffre d’affaires n’a pas cessé de diminuer. Par le passé, l’entreprise enregistrait plus de 200 millions de DH de chiffre d’affaires. En 2008, elle n’a réalisé que 150 millions de DH. Pour cause, l’ex-ONTS avait le monopole avec plusieurs marques, historiquement fortes (Souiri, M'nara, Qafila…). Pour rappel, le secteur a été libéralisé en 1993. Jusque-là, l’ex-ONTS détenait 100% du marché du thé. En 2002, et au moment de la transformation juridique de l’Office en société anonyme, Somathes avait subi la réduction de sa part de marché, qui est passée à 25%.


Mohamed AZMANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc