Affaires

ONCF: 256 passages à niveau à supprimer d’ici 2025

Par L'Economiste | Edition N°:3172 Le 17/12/2009 | Partager

. 102 le seront entre 2010 et 2015 . Un investissement global de 1,5 milliard de DH Réduire de moitié le nombre des passages à niveau existants, tel est l’objectif de l’Office national des chemins de fer (ONCF) à l’horizon 2025. L’Office a dévoilé mardi, pour la première fois, son programme de suppression des passages à niveau à travers le réseau ferroviaire national. Un programme ambitieux, il faut le reconnaître, qui vise à supprimer 256 passages entre 2005 et 2025. Soit la moitié du nombre que compte actuellement le réseau ferré national (521 passages à niveau dont 478 non gardés). A ce propos, le Royaume enregistre une moyenne de 25 passages à niveau par 100 km de voie, alors que l’Espagne en compte sur la même distance 78, l’Algérie 61, la France 59 et la Belgique 53. «Ce qui représente une concentration relativement faible par rapport aux autres pays», indique Mustapha Hanyn, directeur de la maintenance de l’infrastructure à l’ONCF. Et de rassurer: «notre pays enregistre près de 20 accidents par an aux passages à niveau. Alors que d’autres pays comme la France (120 accidents) ou l’Allemagne (144) affichent des chiffres beaucoup plus alarmants». Cependant, ce constat n’est pas aussi rassurant qu’on puisse le croire. Ainsi, et dans le souci de renforcer la sécurité au niveau de ces passages, l’ONCF a établi un vaste programme dans son plan de développement. Un investissement de pas moins de 1,5 milliard de DH a été consenti pour sa réalisation. Outre l’objectif de réduire le nombre des passages de 50%, l’Office vise également, à l’horizon 2011, leur suppression à 100% dans les agglomérations à forte densité tels le Grand Casablanca, les lignes Settat-Fès et Nouaceur-Jorf. Dans la région du Grand Casablanca, il s’agit de supprimer 22 passages à niveau et de construire 22 ponts (8 ponts-routes, 10 ponts-rails et 4 passerelles) pour un montant de 200 millions de DH. «Pour ce faire, cinq conventions de partenariat ont été signées entre l’ONCF et les communes concernées, à savoir Aïn Harrouda, Bouskoura, Mohammédia, Ouled Saleh et Casablanca», indique, pour sa part, El Kbir Akrim, directeur régional de l’ONCF en charge de l’infrastructure et la circulation du Grand Casablanca. «L’ONCF financera ces projets à hauteur de 50%», renchérit-il. Soit donc 100 millions de DH.A noter que près de 30% du programme national de suppression des passages à niveau ont été réalisés entre 2005 et 2009. «Concrètement, cela correspond à la suppression de 75 passages dont 53 non gardés, soit une moyenne de 15 passages à niveau par an», précise Hanyn. Ils ont été, ainsi, remplacés par 60 ouvrages d’art (passerelles pour piétons, ponts-rails et ponts-routes…) pour un montant de 500 millions de DH dont 350 millions ont été déboursés par l’ONCF. Le reste (soit 150 millions de DH) est à la charge des autres parties prenantes (communes, régions,…).Parmi les projets déjà achevés, il y a lieu de citer, entre autres, la suppression d’un passage à niveau situé à l’Hermitage (Casablanca). A la place, l’Office a procédé à la construction d’un pont-rail et d’une passerelle pour piétons (à 400 mètres du pont), pour un montant de 10 millions de DH. Par ailleurs, une enveloppe de 50 millions de DH a été allouée à la suppression de quatre passages à Témara et la construction de trois ponts-routes et une passerelle. Aussi, à la sortie de Bouznika vers Skhirat, un pont-rails a été construit pour supprimer un autre passage. Le projet a coûté quelque 6 millions de DH. Bien qu’il soit projeté à l’horizon 2025, le programme de suppression des passages à niveau semble déjà donner des résultats. En effet, «le nombre d’accidents au niveau de ces passages a enregistré une baisse de plus de 60%», relève Hanyn. Il est passé de 25 en 2005 à 10 en 2009, alors même que le nombre de trains a quasiment doublé et que le réseau ferroviaire s’est rallongé de près de 200 km. Ceci étant, les nouvelles lignes récemment mises en service, en l’occurrence la connexion de TangerMed et la ligne de Nador, ne comptent aucun passage à niveau.


1 milliard de DH entre 2010-2015

Aujourd’hui, supprimer 102 passages à niveau, soit 20 par an, est l’objectif à atteindre d’ici 2015. Ainsi, l’ONCF prévoit de construire 85 ponts et 25 passerelles (soit 5 par an) entre 2010 et 2015. Quelque 500 millions de DH seront versés par l’ONCF. Le même montant est à allouer par les partenaires de l’Office. A ce propos, 30 conventions de partenariat sont envisagées. A noter que 16 sont déjà signées, sept sont en cours de signature et sept autres en cours de négociation.Bouchra SABIB

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc