Entreprises

La MAP entame sa mise à niveau

Par L'Economiste | Edition N°:248 Le 03/10/1996 | Partager

Transmission par satellite, Internet et ouverture sur le secteur privé... la MAP se modernise. Mais la pléthore de personnel pèse sur ses charges fixes.

"Nous sommes en phase de développement". Le propos de M. Abdelmjid Fenjiro, directeur général de Maghreb Arabe Presse (MAP), en dit long sur les chantiers à venir. L'agence d'information marocaine travaille sur le projet de mise en place d'un réseau de diffusion par satellite à démarrer en octobre prochain. La diffusion sera ainsi élargie dans une première phase à l'Europe, au Maghreb et au Moyen-Orient. Le coût de cette ouverture sur le monde est évalué à 1,6 million DH dont la moitié servira à la location du canal. L'autre moitié sera consacrée à l'équipement des bureaux régionaux et internationaux en matériel et décodeurs.
Les promoteurs du projet affirment que cet investissement va permettre à l'agence d'économiser 40% sur l'enveloppe consacrée aux frais de transmission.
Cette nouvelle technologie est appelée à remplacer la station STR de Tanger dont les installations sont vétustes avec des inconvénients de taille: transmission perturbée par les intempéries, envoi des dépêches en condensé et par région. La maintenance de ce matériel et les pièces de rechange sont onéreuses, indique M. Mohamed Selki, sous-directeur chargé des affaires administratives et financières.
De même, la MAP sera sur Internet à partir d'octobre. La Direction est en passe d'acquérir le matériel et de créer un serveur avec un web MAP.

Ouverture sur le secteur privé

Cette modernisation technique s'accompagne d'une ouverture de la MAP sur le secteur privé. L'agence vient en effet de concéder l'édition du "Guide du journaliste" à Publiday qui devra prendre en charge sa nouvelle conception et sa com-mercialisation. Cette première opération est positivement perçue puisque la MAP n'aura à débourser aucun centime pour couvrir les frais d'impression. Ces frais seront pris en charge par Publiday qui compte en retour sur la vente de l'ouvrage et des espaces publicitaires. La possibilité de voir cette opération se répéter pour Map-Actualité et Economap n'est pas écartée. Publiday effectue actuellement une enquête auprès des abonnés potentiels de ces deux bulletins quotidiens de la MAP.

Problèmes au quotidien

En revanche, ces innovations technologiques ne devront pas occulter d'autres problèmes que vit la Map au quotidien. Des journalistes de bureaux régionaux se plaignent de ne pas disposer de fax. Parfois, il n'a pas fonctionné depuis des lustres.
Une mise à niveau de l'entreprise avec des standards et des normes modernes de gestion est en marche, affirme un journaliste. La gestion des ressources humaines en est le premier chantier.
La Map se trouve à la croisée des chemins et éprouve le besoin de reconquérir plus de crédibilité sur la scène nationale.
Le management au sein de la Rédaction ne manquera pas d'être revu. Des journalistes regrettent la pratique d'une "hiérarchie ré-dactionnelle qui les somme d'aller couvrir un événement. En fait, nous partons récupérer des communiqués de presse", disent quelques journalistes. La compétence des journalistes est également épinglée. Si M. Fenjiro critique la qualité des dépêches, il impute ces insuffisances au niveau de formation.

72% de charges salariales

L'effectif de la Map a plus que doublé en l'espace de quinze ans, passant ainsi d'environ 300 personnes en 1980 à 620 personnes actuellement. Sur ces 620 personnes, 247 seulement sont journalistes (168 exercent au siège à Rabat). Les 373 personnes qui restent travaillent dans l'administration et les services techniques. Il y a donc 2 employés pour un journaliste. "Dans d'autres agences de presse internationales, c'est l'inverse qui se produit", soutient un journaliste.
Cet effectif pèse lourdement sur les charges fixes de l'entreprise. La charge salariale représente en effet 72% de son budget. La Map, en tant qu'entreprise publique, n'a pas échappé à la règle des recrutements de complaisance.
Cette année, le budget, qui provient à hauteur de 86% d'une subvention de l'Etat, s'élève à 99,6 millions de DH dont 96,1 millions consacrés au fonctionnement. L'équipement absorbe 3,5 millions de DH. Ce montant servira à aménager les locaux et à acquérir le matériel de télécommunications et informatique et du mobilier de bureau.
Une partie ira au remboursement d'un ancien équipement. Le complément du budget de la Map provient des recettes d'abonnement, soit quelque 15 millions de DH.
Les journaux sont depuis quelques années dispensés de payer le prix de leur abonnement. "C'est une situation malsaine, remarque M. Fenjiro. Les quotidiens ne sont pas exigeants puisque le service est gratuit et la MAP n'est pas contrainte de faire des efforts pour mieux les satisfaire".

Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc