Economie

Fnideq: L’urbanisation s’harmonise, le commerce se normalise

Par L'Economiste | Edition N°:2337 Le 09/08/2006 | Partager

. Une décharge intercommunale contrôlée . La ville toujours tributaire des subsides de l’Etat . Les investissements affluent pourtant S’ÉTENDANT en bordure de la Méditerranée sur une superficie de 28,5 Km2, la commune urbaine de Fnideq est le passage obligé pour les visiteurs marocains et étrangers en provenance ou en partance du royaume. De par sa situation géographique, Fnideq est aussi une aire d’attraction pour l’immigration rurale et urbaine. Depuis un an, la petite ville du nord est en ébullition. Les investissements économiques et touristiques se sont multipliés sur le territoire de la commune. De nouvelles richesses se créent et des activités à fortes valeurs ajoutées s’installent. Parallèlement, la population de Fnideq augmente elle aussi. C’est ce qui, inéluctablement, se traduit par une extension de l’urbanisation dans la région qui connaît déjà une forte densité de peuplement. La ville compte actuellement 54.000 habitants, selon le dernier recensement général. Son espace urbain se caractérise par trois ensembles distincts. Le centre de la ville est le plus ancien. Il est situé au carrefour de deux axes de communications. La route nationale reliant Fnideq à Tétouan et celle menant à Tanger par Ksar Sghir. Le centre abrite les principaux équipements commerciaux, administratifs et sociaux de la ville ainsi que l’essentiel de l’habitat réglementé. Il abrite néanmoins à ses extrémités nord et ouest une partie de l’habitat sous-équipé. De son côté, le quartier Condessa situé dans le sud-ouest est essentiellement formé d’un tissu d’habitations non réglementaires. La périphérie est constituée de constructions dispersées. Alors que le quartier Ras Louta est situé à l’ouest à la pointe de l’embouchure de l’Oued Condessa. L’ensemble de ces trois entités, plus les lotissements Al Amira et Moulay Rachid représentent une superficie brute urbanisée d’environ 140 ha. Le secteur privé est dominant dans les lotissements puisqu’il intervient en tant que maître d’ouvrage dans cinq lotissements totalisant plus de 3.694 lots. Ce qui représente 77% des lots autorisés. Alors que le secteur public ne représente que 23%. Le lotissement Al Amal qui est en cours de réalisation par le holding Al Omrane réserve 66 lots aux ménages du bidonville Condessa. L’harmonisation de l’urbanisme figure en tête de liste des préoccupations des responsables locaux et des pouvoirs publics de la province de M’diq-Fnideq, dit Ahmed Touhami, président de la municipalité. Des conventions de partenariat ont été entérinées pour la réhabilitation des réseaux de voirie, d’assainissement liquide ou encore de l’éclairage public. La restructuration des quartiers Ras Louta et Condessa, entamée dès 2003, a nécessité des financements de plus de 97 millions DH.La municipalité de Fnideq reste, cependant, très dépendante des subsides de l’Etat, même si les recettes réalisées en 2005 par la commune sont en accroissement (32 millions de DH). Autre préoccupation majeure pour la commune: le problème de la collecte et de l’évacuation des déchets solides. Dans la plupart des quartiers, les moyens techniques et humains mis en œuvre sont déficients et ne peuvent, par conséquent, répondre convenablement à la demande d’une population de plus en plus nombreuse. La quantité des déchets à gérer atteint, en effet, 55 tonnes par jour en période normale. En été, elle est portée à plus de 90 tonnes par jour. Des études sont actuellement en cours pour la délégation de ce service au privé conjointement avec la ville de M’diq. Malgré ses problèmes, Fnideq reste une ville d’attrait du tourisme national. Le commerce en est sans nulle doute la principale activité économique. Sa proximité de Sebta lui permet de jouer le rôle de plaque tournante d’un important mouvement commercial échappant à la taxation. Souk Al Massira avec ses 805 boutiques est assurément le plus important centre commercial de la ville. D’autres centres et des kissariats ont également été aménagés pour la normalisation progressive du secteur. La pêche maritime joue de son côté un important rôle de source complémentaire de revenus pour une bonne partie de la population locale. Un projet de petit port de pêche est en cours de réalisation.


Moujahidines

Le terme Fnideq est extrait du mot «Fandaq» lieu de repos des équidés appartenant aux campagnards de la zone. Ils venaient des alentours pour commercialiser leurs produits agricoles et s’approvisionner en denrées alimentaires. Ce petit Fandaq constituait jadis un lieu de rencontre pour les moujahidines qui luttaient contre le protectorat espagnol. La commune urbaine de Fnideq, très connue sous le nom de Castillejos, a été promue au rang de municipalité depuis 1992. Elle dépend actuellement de la compétence territoriale de la toute nouvelle préfecture de M’diq-Fnideq créée le 17 janvier 2005. La commune de Fnideq est gérée par une assemblée élective composée de 25 membres.Mohamed RAMDANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc